rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

ONU Syrie

Publié le • Modifié le

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura quitte ses fonctions

media
Après quatre ans et quatre mois, Staffan de Mistura quitte ce que certains considèrent comme «le job le plus difficile du monde» Fabrice COFFRINI / AFP

Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'ONU en Syrie, a annoncé qu'il va quitter ses fonctions. Il a assuré qu'il s'agissait d'une décision strictement personnelle pour passer plus de temps avec sa famille. Il restera toutefois en poste jusqu'à fin novembre et a annoncé devant le Conseil de sécurité qu'il se rendrait pour une toute dernière mission à Damas la semaine prochaine. C'est la mission de la dernière chance pour convaincre le gouvernement syrien de mettre en place le comité constitutionnel censé ouvrir la voie à une transition politique en Syrie.


Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Dix fois, 100 fois, on avait annoncé sa démission. Mais Staffan de Mistura a finalement tenu quatre ans et quatre mois dans ce qui était généralement admis comme « le job le plus difficile du monde » pour mettre un terme à sept ans de conflit syrien. Une période durant laquelle l'envoyé spécial n'a rien pu faire pour empêcher les sièges moyenâgeux d'Alep et de la Ghouta orientale ainsi que les attaques chimiques imputées au régime de Damas.

Sur le volet politique, le diplomate italo-suédois a certes convié des pourparlers de paix à Genève, mais il n'a jamais été capable de mettre face à face le régime et l'opposition.

Avant son départ, qui sera effectif à la fin de mois de novembre, l'envoyé spécial de l'ONU – le troisième à jeter l'éponge – se rendra la semaine prochaine en Syrie pour une toute dernière mission. Il espère encore convaincre Damas d'appuyer la création d'un comité constitutionnel décidé à Sotchi en janvier dernier.

Staffan de Mistura était sous très forte pression des Occidentaux convaincus que la mise en place de ce comité est la dernière fenêtre d'opportunité pour relancer une dynamique politique en Syrie.

Chronologie et chiffres clés