rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Air France: accord majoritaire sur une hausse générale des salaires (sources syndicales)
  • France/Affaire Fillon: les juges d'instruction ont terminé leurs investigations
  • Affaire Khashoggi: les Emirats mettent en garde contre tout acte «déstabilisant» l'Arabie saoudite
  • La Cour de justice de l'UE ordonne à la Pologne de suspendre sa réforme de la Cour suprême (communiqué)
  • Sommet sur la Syrie: Emmanuel Macron n'ira que s'il n'y a pas d'offensive à Idleb (Elysée)
  • Affaire Jamal Khashoggi: la Turquie dément avoir fourni «un quelconque enregistrement» à Washington (ministre)
  • Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel sur la Syrie organisé à Istanbul le 27 octobre (porte-parole)

Inde Santé et Médecine Chine

Publié le • Modifié le

L'Inde interdit l’importation des vaccins chinois contre la rage

media
Le siège du producteur de vaccins chinois Changsheng Bio-technology, à Changchun, en Chine. REUTERS/Stringer

Répercussions du dernier scandale sanitaire en Chine : l'Inde vient à son tour d'interdire l'importation des vaccins contre la rage du producteur chinois Changchun Changsheng, qui a été reconnu coupable par Pékin d'avoir falsifié les résultats de ses tests. La Chine est le premier importateur de vaccins en Inde, et cette mesure pourrait donc avoir des effets sur les approvisionnements et la vie des patients.


De notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis

L'Inde fabrique la majorité de ses vaccins, mais près d'un quart sont tout de même importés, principalement de Chine. Des dizaines de milliers de doses antirabiques, produites par la compagnie chinoise incriminée, pourraient donc se trouver dans les centres hospitaliers indiens.

Le ministère de la Santé a lancé une enquête pour les identifier et les retirer, mais la tâche s'avérera très compliquée, comme l'explique Omesh Bharti, responsable épidémiologiste dans le gouvernement régional de l'Himachal Pradesh, au nord du pays. « Le nom du producteur d'un vaccin n'est pas toujours indiqué sur les boîtes, car le marketing et l'emballage sont parfois réalisés par des sociétés extérieures. Donc, il sera difficile d'identifier les vaccins de ce producteur. Nous, dans notre région, nous évitons depuis longtemps les vaccins chinois, car nous n'avons pas confiance. Mais dans des provinces reculées, certains les prennent, car ils n'ont pas d'autres choix ».

L’Inde souffre déjà d'un manque de vaccins contre la rage, donc l'arrêt de ces importations chinoises devrait empirer la situation, voire entraîner la mort de certains patients, selon ce spécialiste. Chaque année, le virus de la rage tue 20 000 personnes en Inde.

Chronologie et chiffres clés