rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Libye: au moins 22 morts dans un double attentat à Benghazi
  • Davos: Trump rencontrera May, Netanyahu, Kagame (Maison Blanche)
  • Maduro se dit prêt à se présenter à sa réélection à la présidentielle au Venezuela
  • Trump va appeler Erdogan pour évoquer l'offensive turque en Syrie (officiel)
  • Offensive turque en Syrie: Macron dit sa «préoccupation» à Erdogan (Elysée)
  • Libre-échange: Trump juge que les négociations sur l'Aléna «avancent bien»
  • France/Corse: Gilles Simeoni, déçu par l'attitude de l'Etat, appelle à "une grande manifestation" (tweet)
  • Venezuela: le gouvernement convoque une élection présidentielle anticipée avant fin avril

France Islam racisme Justice

Publié le • Modifié le

France: retour des menus sans porc dans les cantines de Châlon-sur-Saône

media
La pratique de distribution de menus de subsititution au porc dans les restaurants scolaires, mise en place en 1984 à Chalon-sur-Saône, y revient après deux années de suspension. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

Le tribunal administratif de Dijon, dans le centre-est de la France, a dit oui au retour des menus sans porc, une viande considérée comme impure chez les musulmans comme pour les juifs au menu des cantines de Chalon-sur-Saône.


Dès la rentrée scolaire, il y aura bien la distribution de menus avec la mention « avec » ou « sans porc » dans les cantines de Chalon-sur-Saône. Cette décision intervient après deux ans d'un long combat judiciaire.

C'est en effet en 2015, que le maire Les Républicains, Gilles Platret et le Conseil municipal, votent au nom de l'égalité et la laïcité la suppression des menus de substitution les jours où du porc est servi à la cantine.

Depuis 2 ans cette décision suscite un véritable tollé auprès de la communauté de confession musulmane. Sur les 2 000 élèves scolarisés, près de 50% sont concernés et pénalisés.

Mis devant le fait accompli, les parents dénoncent une atteinte du « droit au respect de la liberté de culte et de conscience » et ils demandent à la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM) de saisir la justice.

Le tribunal administratif a donc tranché, annulant la décision du maire et de son Conseil municipal, impliquant ainsi le retour à des menus de substitution dans les cuisines des écoles. Une pratique vieille de 30 ans à Chalon-sur-Saône.

Chronologie et chiffres clés