rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

Pologne

Publié le • Modifié le

Pologne: une Fête de l'indépendance sous haute tension à Varsovie

media
Manifestation groupes nationalistes d'extrême droite à Varsovie, à l'occasion de la Fête de l'Indépendance, le 11 novembre 2017. Agencja Gazeta/Adam Stepien via REUTERS

L'armistice de 1918, signé le 11 novembre de cette même année est toujours fêté en Pologne en grande pompe. En Pologne cette commémoration coïncide avec la Fête de l'indépendance. Le 11 novembre marque en effet la date anniversaire de la renaissance de l'Etat polonais en 1918. Mais aujourd'hui, cette journée est symbolisée par les affrontements entre les nationalistes et l'opposition.


Avec notre correspondante à Varsovie, Maya Szymanowska

Une fête qui devrait unir a rendu palpables les divisions au sein même de la droite polonaise. 12 manifestations différentes ont défilé dans les rues de Varsovie. Le président Andrzej Duda en déposant samedi matin une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu a pourtant appelé à l'unité et au dialogue  :

«  Le plus important est l'attachement à notre patrie, à notre peuple. Cela devrait se placer au-dessus de tout : de nos divisions idéologiques, de nos différentes opinions politiques  », a déclaré le président polonais.

Andrzej Duda est allé jusqu'à inviter Donald Tusk, l'ancien Premier ministre libéral, aujourd'hui président du Conseil européen, et bête noire des conservateurs du Droit et de la Justice.

Une invitation qui est restée en travers de la gorge de notables du PIS. Elle symbolise la fracture de plus en plus visible entre le président et le parti qui l'a fait élire. Les appels à l'unité sont restés lettre morte  : Donald Tusk s'est fait siffler au moment où il déposait sa gerbe de fleurs.

Lors de la grande Marche des nationalistes, qui a eu lieu dans l'après-midi, les slogans étaient ouvertement anti-européens, anti-libéraux et islamophobes. « Pas de Pologne islamiste, pas de Pologne laïque, mais une Pologne catholique  », pouvait-on entendre.

Une contre-manifestation appelée manifestation antifasciste avait lieu en même temps à l'autre bout de la ville pour protester contre le virage autoritaire de l'actuel gouvernement.

Varsovie pour sa fête d'indépendance était ce samedi en état de siège. 6  000 policiers ont été mobilisés pour éviter les échauffourées.

Reportage à Varsovie 12/11/2017 - par Maya Szymanowska Écouter

Chronologie et chiffres clés