rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Etats-Unis Catastrophes naturelles

Publié le • Modifié le

En Californie, même les prisonniers prêtent main forte aux pompiers

media
Un pompier longe ce qui reste de la piscine d'une maison entièrement rasée par le feu, dans la comté de Napa, en Californie, le 9 octobre 2017. JOSH EDELSON / AFP

Le bilan humain des incendies a dépassé les 30 morts depuis dimanche. Et les milliers de pompiers mobilisés ne parviennent toujours pas à contenir la progression de quelque 22 feux. Ils ont reçu des renforts de l’armée mais aussi, de manière plus inattendue, de détenus, volontaires, venus leur prêter main forte en première ligne. Reportage dans la Napa Valley dans petite ville viticole et touristique de Calistoga, entièrement évacuée et menacée par les feux qui s’approchent.


Avec notre envoyé spécial à Calistoga, dans le comté de Napa,  Eric de Salve

Au milieu du brasier californien, ils tentent d’éteindre les flammes en tenue orange. Curtis et ses camarades ne sont pas des pompiers mais des détenus, sortis de prisons par les autorités pour lutter contre les feux. « Oui, je suis un prisonnier. Ce camp incendies, c’est le meilleur aperçu de liberté que je peux avoir. Je me sens excité mais, excusez-moi, je dois y aller, y'a du travail ! »

Sur cette colline embrasée, le feu progresse toujours. Pompiers et détenus viennent in extremis de sauver une maison. « Oui nous avons une équipe de 20 détenus, hommes et femmes, qui nous aident ici avec les feux. Nous venons de perdre une grange mais nous avons sauvé la structure de la maison. Elle est maintenant sécurisée », explique Paul, responsable des opérations.

Ces secours tentent d’empêcher le feu d’entrer la ville de Calistoga, deux kilomètres en contrebas, cernée par les flammes. Alors, par précaution, les 5000 habitants ont été évacués.

Une région fantôme

Sous une pluie continue de cendre, la ville normalement touristique, célèbre pour ses bains et ses vignobles, est depuis fantomatique. Les pompiers sont en alerte depuis trois jours. « Le vent pousse le feu vers la ville. Notre inquiétude, c’est que des braises tombent sur la ville et déclenchent le feu ici. Tous nos efforts en ville visent à empêcher cela », explique l'un d'entre eux.

Avec les soldats du feu, seuls la police et quelques volontaires sont restés. Comme Shaun. Avec son camion citerne, ce retraité natif de la région ravitaille les pompiers en eau. « Toute la Napa Valley est une région fantôme, constate-t-il. J’ai des amis qui ont perdu leurs maisons. Ma famille a été évacuée. C’est triste. Vraiment Triste. Je suis resté pour aider, c’est ici que j’ai grandi. C’est dur de tout voir brûlé. La dévastation est très importante. »

Dans la ville de Santa Rosa toute proche, les pompiers n’ont rien pu faire. Des quartiers entiers ont été détruits par le feu. Laissant derrière le paysage lunaire de centaines d’habitations carbonisées. Seules leurs cheminées sont encore debout.

« Nous sommes loin d'en avoir fini avec cette catastrophe », a déclaré le responsable de la lutte contre les incendies pour la Californie, Ken Pimlott. Les autorités déploraient 31 morts dans la soirée et s'attendaient à voir le bilan s'alourdir encore.

Chronologie et chiffres clés