rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations

Chine Corruption Hu Jintao

Publié le • Modifié le

Ling Jihua, proche de l'ex-président chinois, condamné à la prison à vie

media
Ling Jihua, en mars 2013 à Pékin. REUTERS/Jason Lee/File Photo

En Chine, la purge au sein du parti communiste a fait une nouvelle victime, avec la condamnation à la perpétuité d'un proche conseiller de l'ex-président Hu Jintao. Tombé en disgrâce en 2012, ce responsable déchu a été reconnu coupable de corruption, dans un procès totalement opaque.


De notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Comme il est de coutume en Chine, pays sans jurisprudence indépendante où 99 % des prévenus sont condamnés, le procès de Ling Jihua s'est déroulé à huis clos, et le verdict du tribunal de Tianjin est sans surprise.

Avant d'être condamné à la prison à vie, ce bras droit de l'ancien président Hu Jintao avait déjà été limogé de toutes ses fonctions et exclu des rangs du parti communiste rejoignant ainsi la longue liste des ex-hauts dirigeants devenus des parias du régime, au même titre que l'ex-tsar de la sécurité Zhou Yongkang ou encore l'ancien prince rouge Bo Xilai. Ling Jihua a été jugé coupable de corruption, d'abus de pouvoir et d'obtention illégale de secrets d'Etat.

La chute de cette ex-étoile montante du PCC avait commencé avec la mort de son fils, en mars 2012 alors qu'il se trouvait au volant de sa Ferrari, accompagnée de deux femmes dénudées. Un accident que Ling Jihua aurait tenté de dissimuler, sans succès. C'est d'ailleurs ce scandale qui avait levé le voile sur la fortune de la famille Ling qui aurait accepté des pots-de-vin pour un montant de plus de 10 millions d'euros

Chronologie et chiffres clés