rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Egypte: des dizaines de défenseurs des droits humains sont détenus dans des lieux inconnus (Human Rights Watch)
  • Israël: Netanyahu estime que des élections anticipées seraient une «erreur»
  • Mouvement des «gilets jaunes» en France: plus de 400 personnes blessées, dont 14 gravement selon Castaner (RTL)

Chine Corruption Justice

Publié le • Modifié le

Chine: le fils et la femme de Zhou Yongkang condamnés pour corruption

media
Zhou Yongkang, qui fut l'un des hommes les plus puissants de Chine, est au coeur d'un énorme scandale de corruption. Ce mercredi 15 juin 2016, c'est son fils et sa femme qui ont été condamnés. REUTERS/Jason Lee

En Chine, les procès pour corruption se suivent et se ressemblent : cette fois ce sont la femme et le fils de Zhou Yongkang, l’ancien et tout puissant chef de la sécurité intérieure chinoise, qui ont écopé respectivement de 9 et 18 ans de prison. Zhou Yongkang avait lui-même été condamné l’an dernier à la prison à vie, lors d’un procès tenu secret.


C’est devenu une tradition : lorsqu’une personnalité tombe, tout son entourage, famille et protégés, a du souci à se faire. L’an dernier, le puissant chef de la sécurité intérieure chinoise, Zhou Yongkang, avait été condamné à la prison à perpétuité pour pots-de-vin, abus de pouvoir et divulgation de secrets d’Etat. Et avoir eu pendant des années la haute main sur la police, les cours de justice et la surveillance intérieure du pays ne lui a servi à rien.

Ce mercredi, on apprend donc les condamnations de sa femme et son fils à 9 et 18 ans de prison pour corruption. Son fils devra aussi verser 47 millions d’euros d’amende, et, précise l’agence d’Etat Chine Nouvelle, tous ses biens « illégalement acquis » seront saisis.

La chute de Zhou Yongkang avait suivi de peu celle d'un de ses proches, Bo Xilai, le premier responsable de très haut niveau à être pris dans les mailles du filet anticorruption lancé il y a quatre ans, dès son arrivée à la tête du pays, par le président Xi Jinping. Une campagne très dure qui a touché tous les cercles du pouvoir : des responsables du Parti, du gouvernement, des militaires, des compagnies d’Etat…

La corruption a beau être très répandue en Chine, des voix se sont élevées pour critiquer le manque de transparence de cette campagne, qui estiment certains analystes permettrait aussi et peut-être même surtout de régler des comptes au sein du Parti.

Chronologie et chiffres clés