rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Accents d'Europe
rss itunes deezer

La grande pollution des paquebots de croisière en Méditerranée

Par Catherine Rolland

Le succès des croisières ne se dément pas : plus de 7 millions de passagers en 2018, 20 milliards d’euros de retombées économiques. Mais, il y a un sérieux revers à la médaille. Les croisières polluent. C’est le rapport alarmant de Transport & Environnement qui rassemble une cinquantaine d’ONG. Après les Caraïbes, c’est la Méditerranée qui est la plus touchée par la pollution au fioul lourd, l’un des carburants les plus sales au monde. L’Italie, la France, la Grèce et en tout premier lieu l’Espagne sont très exposées à cette pollution au dioxyde de soufre. Dans la péninsule ibérique, c’est Barcelone qui souffre le plus. Aujourd’hui, les associations écologistes et scientifiques tirent la sonnette d’alarme. Elise Gazengel.

Le documentariste Alexis Marant a mené une longue enquête sur la survie de la Méditerranée. Dans La Méditerranée va-t-elle passer l’été ?, diffusé sur Arte, son constat est sombre. La « Grande Bleue » risque de ne pas survivre aux excès du bétonnage, de la pression démographique, de la pollution et du tourisme de masse. Avec Catherine Rolland.

Le teaser

Le Monténégro vend sa magnifique baie de Kotor, aux plus offrants. L'an dernier (2018), plus de 500 000 touristes ont débarqué des paquebots pour visiter le site, classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Une pollution terrible et peu de retombées économiques pour la petite ville fortifiée de 1 000 habitants. Simon Rico.

Dans l’Arctique aussi, l’arrivée de ces immenses bateaux de croisière commence à poser de sérieux problèmes. Certes, le Grand Nord est à la mode : découverte de la banquise, aurores boréales, promenades en chiens de traîneau… Les touristes sont en quête d’étendues encore immaculées, mais jusqu’à quand ? Leader sur le marché des croisières d’expédition, le Norvégien Hurtigruten et son PDG Daniel Skjeldalm se battent pour imposer une réglementation stricte dans la région. Anne Françoise Hivert.

La flotte de Hurtigruten s’équipe d’un bateau doté d'une technologie de propulsion hybride et respectueuse de l'environnement, lui permettant de réduire sa consommation de carburant. © Hurtigruten SAS

À Budapest, le récent naufrage d’une embarcation touristique a révélé la situation dangereuse sur le Danube. Le 29 mai 2019, un navire de croisière a percuté un petit bateau transportant des touristes coréens. Bilan : 28 morts. Une fois encore, le tourisme de masse sur le grand fleuve est pointé du doigt. Florence la Bruyère.