rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Jordanie Syrie Réfugiés ONU

Publié le • Modifié le

Syrie: des milliers de réfugiés toujours bloqués à la frontière jordanienne

media
Camions d'aide humanitaire à la frontière entre la Jordanie et la Syrie le 1er juillet 2018. REUTERS/Muhammad Hamed

En Syrie, le régime de Bachar el-Assad poursuit son offensive contre les rebelles, lancée il y a deux semaines dans la province de Deraa, dans le sud du pays. Après les affrontements très violents de ces derniers jours, les combats ont finalement baissé en intensité. Mais les Nations unies s’inquiètent de la situation humanitaire. Plus de 270 000 civils ont été déplacés à cause des violences. La majorité a fui vers les frontières jordanienne et israélienne, toujours fermées aujourd’hui.


Depuis deux semaines, le régime syrien mène une offensive massive contre des rebelles dans la province de Deraa, dans le sud du pays. Plus de 270 000 personnes ont déjà fui les combats, selon les Nations unies.

Via l'application de messagerie WhatsApp, Ahmad décrit une garderie, un bâtiment de quatre pièces où vivent une dizaine de familles sans électricité
Ce lieu est devenu son refuge depuis qu’il a quitté son village il y a moins d’une semaine.

« Le jour on a décidé de partir, il y a eu deux ou trois frappes russes, raconte-t-il. Le lendemain, on a appris qu’ils avaient frappé une dizaine de fois. Ils ont bombardé tout le village ».

Avec sa famille, Ahmad fait partie des 70 000 personnes rassemblées près de Nassib, aux portes de la Jordanie. Mais ce poste-frontière reste infranchissable, relate notre correspondant à Beyrouth, Nicolas Feldmann.

« Pas une seule frontière n’est ouverte mais s’il l’occasion se présente, on y va immédiatement, poursuit-il. On veut rejoindre un pays plus sûr pour nos enfants, pour nos femmes. »

Protéger les civils

Côté jordanien, les ONG négocient avec les autorités pour envoyer de l’aide en zone rebelle. « Nous sommes en train d’envoyer seulement 300 tentes alors que les besoins sont énormes, vous avez des milliers de familles déplacées », explique Mahmoud, de l’ONG syrienne Ghosn Zeitoun.

Lui, il travaille dans la capitale jordanienne Amman.« Habituellement, dit-il, notre ONG travaille essentiellement dans l’éducation. Mais avec la situation, nous avons dû transférer toutes nos activités pour être sur une réponse d’urgence. »

« La situation à Deraa semble empirer avec de plus en plus d'attaques, qui impactent considérablement les civils », s'inquiète Elizabeth Throssel, porte-parole du haut commissaire des droits de l'homme de l'ONU.

« Nous demandons urgemment à toutes les parties au conflit de protéger les civils dans le sud-ouest de la Syrie et aussi ceux qui essaient de fuir », ajoute-t-elle.

L'ONU demande également à la Jordanie toute proche d'ouvrir sa frontière pour accueillir des dizaines de milliers de Syriens qui tentent de passer. Mais l'armée jordanienne refuse. Elle craint, dit-elle, l'infiltration d'hommes armés dans le flot des déplacés.

La Jordanie souffre également du poids financier lié à la présence de nombreux réfugiés arrivés depuis sept ans sur son sol. Ils seraient 650 000 selon les Nations unies, le double selon Amman.

Chronologie et chiffres clés