rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Corées: des réunions de familles séparées par la guerre prévues en août
  • La Grèce «tourne une page» après l'accord de la zone euro sur la dette (gouvernement grec)
  • Politique française: pour Benoît Hamon (Générations), «le macronisme est une forme de racisme social» (Franceinfo)
  • Migrations: Benjamin Griveaux craint que l'Union européenne «se délite définitivement» faute de «projet commun» (Radio Classique)
  • Grève SNCF: Philippe Martinez (CGT) invite le Premier ministre Edouard Philippe à un «débat télévisé» sur le service public ferroviaire

Yémen al-Qaïda Mohammed ben Salman

Publié le • Modifié le

Réformes sociétales en Arabie saoudite: al-Qaïda accuse MBS de pécher

media
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, le 20 mars 2018, avant une rencontre avec Donald Trump. MANDEL NGAN / AFP

Sur son bulletin de propagande Madad cité par le centre américain de surveillance des sites jihadistes (SITE), al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a vivement critiqué les réformes sociétales menées par le prince héritier saoudien. Pour le groupe jihadiste, ces mesures de Mohammed ben Salman constituent des « péchés ».


« La nouvelle ère de ben Salman a remplacé les mosquées par des cinémas », ironise la branche d'al-Qaïda au Yémen. Pour Aqpa, le prince héritier saoudien a même « remplacé les livres des imams par des absurdités d'athéistes et séculiers de l'Est et de l'Ouest et ouvert les portes à la corruption et à la dégradation morale ».

L'organisation jihadiste cite même un exemple : le premier spectacle de catch en Arabie, qui a eu lieu fin avril à Jeddah, dans l'ouest du pays, où des « lutteurs étrangers et mécréants se sont montrés à moitié nus et portaient des croix devant un rassemblement de jeunes musulmans femmes et hommes ».

Réformes

Car depuis son arrivée aux affaires, Mohammed ben Salman ne lésine pas sur les réformes sociétales dans le cadre de son plan « Vision 2030 », n'hésitant pas à limiter les pouvoirs de la police religieuse saoudienne.

Le royaume ultra-conservateur a récemment ouvert ses premières salles de cinéma – interdites depuis 35 ans –, accueilli une série de concerts et même organisé une semaine de la mode. MBS a promis une Arabie « modérée et tolérante », en rupture avec l'image d'un pays longtemps considéré comme l'exportateur d'un islam radical.

(avec AFP)

→ à (ré)écouter : L'Arabie saoudite au rythme de Mohammed ben Salman

Chronologie et chiffres clés