rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine

Publié le • Modifié le

Hong Kong: deux députés indépendantistes interdits de parlement local par Pékin

media
Elus en septembre au parlement de Hong Kong, les indépendantistes Baggio Leung (gauche) et Yau Wai-ching (droite) ne siégeront pas. Ils ont dépassé la ligne rouge aux yeux de Pékin. REUTERS/Tyrone Siu

Deux députés du parlement local le Hong Kong ont été déchus de leur mandat de facto sur décision du Parlement chinois. Elus en septembre au Conseil législatif (LegCo), ces deux indépendantistes hongkongais avaient vu leur prestation de serment rejetée après l'avoir délibérément mal effectuée, profitant de cette tribune pour provoquer Pékin et plaider leur cause. Ils ne pourront pas prêter serment une deuxième fois, vient d'acter l'Assemblée nationale populaire de Chine ce lundi 7 novembre, alors que les protestations ont repris sur place.


Avoir deux parlementaires indépendantistes était une petite révolution pour les habitants de Hong Kong, explique notre correspondante à Pékin, Elodie Goulesque. Mais Yau Wai-ching et Baggio Leung ont dépassé la ligne rouge aux yeux des autorités chinoises. Elus en septembre, ils auraient pourtant dû faire leur entrée au parlement local hongkongais il y a quelques semaines déjà.

Sauf qu'à leur arrivée au parlement, les deux élus ont prononcé leur serment armés d'une bannière proclamant que « Hong Kong n'est pas la Chine », et ont refusé de prononcer correctement le mot « Chine » pendant leur prestation. Or, tous les parlementaires doivent reconnaître la Loi fondamentale de 1997, appliquant le principe « un pays, deux systèmes » qui définit les relations Pékin-Hong Kong.

«On ne s'attendait pas à ce que ces nouveaux députés, très jeunes, choisissent l'épreuve de force dès leur prestation de serment... on pensait qu'ils allaient provoquer un certain nombre d'incidents sur les questions de souveraineté...» Jean-Pierre Cabestan, directeur de recherches à Asia Centre et professeur à l'université baptiste de Hong Kong 07/11/2016 - par Juliette Gheerbrant Écouter

Résultat : le Conseil législatif, parlement local de cette ville qui jouit en Chine d'un statut particulier depuis sa rétrocession par Londres, est en ébullition depuis trois semaines. Cette crise constitutionnelle et l'annonce de l'intervention de Pékin - qui a devancé une décision de la Cour suprême de Hong Kong -, ont même généré de nouvelles manifestations de milliers de personnes dimanche 6 novembre.

En soirée, la police hongkongaise a dû utiliser du gaz pour disperser quelques centaines de personnes, qui tentaient de forcer le cordon de sécurité autour du bureau de liaison chinois, représentation de Pékin sur place. Comme à l'automne 2014, des participants ont alors utilisé leurs parapluies pour se protéger des gaz, certains jetant de l'eau et des bouteilles en plastique sur les forces anti-émeute.

Qu'à cela ne tienne, les deux élus ne pourront pas siéger. Car l'Assemblée nationale populaire (ANC, Parlement national) a décidé, dans une interprétation de la Loi fondamentale de Hong Kong rendue ce lundi, qu'un serment qui ne respecte pas la Constitution de cette ancienne colonie britannique, revenue dans le giron de Pékin en 1997, « doit être invalidé et ne peut être re-prononcé ».

Le chef du gouvernement local, Leung Chun-ying, a ensuite assuré qu'il « mettrait en œuvre complètement cette interprétation ». « Les mots, les actions qui violent délibérément (...) la procédure de prestation de serment, ou même qui en profitent pour insulter le pays et le peuple chinois et prôner la sécession, doivent prendre fin », a-t-il fait valoir.

Ce lundi, le quotidien Global Times, voix du Parti communiste, rappelle que les opposants hongkongais ne doivent pas oublier que c'est Pékin qui a et aura toujours le dernier mot. Et de fait, aujourd'hui, Yau Wai Ching et Baggio Leung n'ont plus les moyens de faire entendre leurs idées au Conseil législatif de Hong Kong.

Avec agences

Chronologie et chiffres clés