rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Carrefour: 2400 suppressions de postes via un plan de départs volontaires (groupe)
  • Un séisme de magnitude 6,4 a secoué Jakarta (agence gouvernementale)
  • Japon: un mort après une éruption volcanique (secouriste)

Haïti Corruption Coopération et Développement

Publié le • Modifié le

Jovenel Moïse, le président haïtien, veut en finir avec l'assistanat

media
Jovenel Moïse s'est voulu assembleur suite à la confirmation de sa victoire par le tribunal électoral, le 3 janvier 2017. REUTERS/Jeanty Junior Augustin

La rentrée parlementaire s'est tenue lundi 8 janvier en Haïti. Venu présenter ses perspectives pour l'année à venir devant les députés et sénateurs, le président haïtien a exprimé sa volonté d'agir. Contre la corruption, Jovenel Moïse veut une justice plus efficace et surtout apolitique. Et devant les membres du corps diplomatique présents, il a expliqué vouloir en finir avec l'assistanat créé par l'aide internationale.


Après un discours fleuve du Premier ministre qui a fourni le bilan 2017 du gouvernement jusque dans ses moindres détails, Jovenel Moïse a expliqué au Parlement combien il voulait une vie politique inclusive. Et combien il était urgent de sortir du schéma actuel d'aide internationale qui n'a pas contribué au développement.

« Trente ans d'assistanat et plusieurs milliards de dollars dépensés par nos partenaires internationaux, pour la plupart pour financer des petits projets non structurants, ont tristement démontré leur limite. Nous, Haïtiens, devons reconnaître que l'initiative de développement national nous revient, d'abord et toujours.

Nous, qui sommes issus de cette nouvelle génération de leaders politiques, économiques et sociaux, rejetons le pessimisme et le fatalisme ambiants qui veulent faire croire qu'Haïti est condamnée à la médiocrité et au sous-développement », a déclaré le président haïtien.

Ce discours patriotique a évidemment réjoui les parlementaires qui ont aussi largement applaudi le président quand il a dénoncé les spoliations terriennes. Sauf que pour éradiquer ces pratiques qui freinent les investisseurs, il faudrait qu'Haïti ait un cadastre à jour. Or, le dernier date de la période coloniale il y a plus de deux siècles.

Chronologie et chiffres clés