rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Bolivie: 5 paysans pro-Morales tués dans des affrontements
  • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
  • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
  • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales

Syrie EI Terrorisme

Publié le • Modifié le

Syrie: les pasdarans et leurs alliés reculent face aux offensives jihadistes

media
Une offensive dans la province de Deir Ezzor lancée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par la coalition internationale emmenée par Washington, en février 2019. REUTERS/ Rodi Said/File Photo

Le groupe Etat islamique a lancé une violente attaque contre des positions de l’armée syrienne dans le désert d’al-Mayadeen, au sud-est de la province orientale de Deir Ezzor. Une source militaire syrienne affirme que les combats ont fait des morts et des blessés dans les deux camps.


Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Pas un jour ne passe sans que des sources proches de Damas ou de l’opposition syrienne ne fassent état d’attaques menées par des jihadistes contre les troupes gouvernementales à l’est de la Syrie.

Les combattants du groupe Etat islamique sont actifs dans une vaste zone désertique couvrant le quart de la Syrie, un pays de 180 000 kilomètres carrés. Ils frappent aussi bien à l’ouest de l’Euphrate, dans des zones contrôlées par l’armée syrienne et ses alliés, qu’à l’est du fleuve, dans les régions des Forces démocratiques syriennes, soutenues par Washington, avant de disparaître dans le désert.

Point de gravité

La situation a atteint un tel point de gravité que les Gardiens de la révolution iranienne auraient évacué de nombreuses positions autour de la ville de Boukamal, à la frontière avec l’Irak.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui rapporte la nouvelle, indique que les pasdaran et des milices pro-gouvernementales syriennes ont subi de lourdes pertes, une centaine de morts et de blessés, ces dernières semaines dans des attaques jihadistes.

Début août, un rapport du Pentagone affirmait que le groupe Etat islamique, qui a reconstitué ses forces, disposerait de 14 000 à 18 000 combattants en Syrie et en Irak.

Chronologie et chiffres clés