rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Qatar Territoires Palestiniens Mahmoud Abbas Humanitaire ONU Israël

Publié le • Modifié le

Le Qatar contourne l'Autorité palestinienne pour livrer de l'essence à Gaza

media
La livraison d'essence dans l'enclave de la bande de Gaza par le Qatar provoque la colère de plusieurs dirigeants palestiniens. (photo prise le 9 octobre 2018) REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

Le Qatar a commencé mardi 9 octobre la livraison de fuel à l'enclave palestinienne. Une contribution censée permettre d'augmenter la production d'électricité dans un territoire qui ne vit qu'avec quatre heures de courant par jour. Mais cette aide vient contrecarrer les projets du président de l'Autorité palestinienne. Mahmoud Abbas cherche à faire pression sur le mouvement islamiste Hamas pour qu'il cède le pouvoir dans la bande de Gaza.


De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Le Qatar est un allié de longue date du Hamas au pouvoir à Gaza et ses contributions financières dans l'enclave palestinienne sont nombreuses : reconstruction de logements, de routes, achats de médicaments pour les hôpitaux. Le soutien de l'émirat à la bande de Gaza est tel qu'il n'est pas rare d'y voir flotter des drapeaux qatariens.

Mais l'accord qui prévoit qu'au cours des prochains mois le Qatar livre pour 60 millions de dollars de fuel à l'enclave palestinienne afin de faire fonctionner son unique centrale électrique n'est pas qu'un accord bilatéral entre les autorités de Doha et de Gaza. Il a été négocié sous l'égide de l'ONU et les livraisons de ce mardi 9 octobre sont passées par Israël, marquant le soutien du pays à cette initiative.

En revanche, cette aide est arrivée à Gaza malgré l'opposition du président de l'Autorité palestinienne. Pour contraindre le Hamas à céder le pouvoir, Mahmoud Abbas menace de couper toute aide et tout versement financier au territoire. Une stratégie critiquée par les pays européens, l'ONU et Israël qui s'inquiètent d'une « explosion » de l'enclave si la situation humanitaire devait se détériorer. Ces livraisons sont donc un avertissement au dirigeant palestinien qui risque de se retrouver très isolé s'il met ses menaces à exécution.

Chronologie et chiffres clés