rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Territoires Palestiniens Israël Société Questions sociales

Publié le • Modifié le

Grève de prisonniers: la colère monte dans les Territoires palestiniens

media
Lors des blocages de route, des manifestants palestiniens s'en sont pris à des véhicules israéliens, comme ici près du checkpoint d'Hawara, près de Naplouse. REUTERS/Mohamad Torokman

Tandis que les prisonniers palestiniens incarcérés en Israël entament vendredi 19 mai 2017 leur 33e jour de grève de la faim et que l'Etat hébreu reste inflexible, les manifestations émaillées de violence se multiplient en Cisjordanie. Jeudi 18 mai, un colon israélien a ainsi tué un Palestinien au cours de heurts autour d'un blocage de route.


Avec notre correspondante à Ramallah,  Marine Vlahovic

Visages masqués ou à découvert et remplis de colère, des centaines de jeunes des camps de réfugiés descendent en cohorte vers le checkpoint israélien de Qalandiya. Vite dispersés par des tirs de grenades lacrymogènes et de balles en caoutchouc, c'est armés de pierres et de cocktails molotovs qu'ils reviennent à la charge.

Ils sont là pour exprimer leur solidarité avec les prisonniers palestiniens en Israël, engagés dans une grève de la faim qui s'éternise. C'est pourtant l'Autorité palestinienne que Youssef Lawal met en cause : « C’est pour ça que nous sommes ici, parce que notre président ne fait rien. Il reste assis et regarde les choses se passer, c’est tout. Et nous nous sommes en colère et triste. »

Quelques heures plus tôt et à quelques dizaines de kilomètres de là, un colon israélien a abattu un Palestinien d'une balle dans la tête lors d'un blocage de route qui a dégénéré près de Naplouse. Débutés plusieurs jours auparavant, ces blocages ainsi que des manifestations émaillées de violence éclatent en continu en Cisjordanie, où la tension monte.

A Gaza, les groupes armés palestiniens ont pour leur part promis de ne pas rester « les bras croisés » si quelque chose arrive aux grévistes de la faim. Une menace à peine voilée d'attaquer Israël.

Chronologie et chiffres clés