rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping va rencontrer Trump les 6 et 7 avril 2017 aux Etats-Unis (Chine)
  • Arrivée du chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire
  • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
  • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
  • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
  • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump

Israël Territoires Palestiniens Justice

Publié le • Modifié le

Statut de résident: une décision importante pour les Palestiniens de Jérusalem

media
Les Palestiniens peuvent perdre leur statut de résident à Jérusalem s'ils ont quitté la ville depuis sept ans. REUTERS/Ammar Awad

La Cour suprême israélienne a ordonné au ministère de l'Intérieur de rendre à un Palestinien son statut de résident de la ville sainte, qu'il avait perdu après une longue absence. Une décision qui devrait faire jurisprudence et qui pourrait alors avoir un impact sur la vie des quelque 300 000 Palestiniens de Jérusalem.


Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

Depuis 1967, Jérusalem est entièrement sous le contrôle israélien et les Palestiniens y vivant sont considérés comme des résidents permanents. Mais ce statut peut-être révoqué par les autorités israéliennes. Ce fut le cas pour plus de 14 000 d'entre eux.

L'une des raisons fréquemment invoquées pour justifier la perte de ce statut est le fait de ne plus vivre dans la ville depuis plus de sept ans. Comme Akhram Abdelhak. Cet homme de 58 ans a quitté Jérusalem pour les Etats-Unis lorsqu'il avait 11 ans. Adulte, il a voulu revenir vivre dans la ville qui l'a vu naître, mais les autorités israéliennes lui ont alors refusé ce précieux statut.

Une décision invalidée par la Cour suprême car elle ne tient pas compte de « la forte affinité » à la ville qu'ont ces résidents qui ne sont pas des immigrants. Chaque cas doit être étudié séparément, nuance toutefois la présidente.

Mais cette première décision pourrait changer les perspectives de nombreux Palestiniens : ceux qui, par peur de quitter la ville, renoncent à des carrières internationales ou préfèrent vivre à plusieurs générations dans un même appartement faute de logements disponibles dans les limites administratives de Jérusalem.

Chronologie et chiffres clés