rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Egypte: des dizaines de défenseurs des droits humains sont détenus dans des lieux inconnus (Human Rights Watch)
  • Israël: Netanyahu estime que des élections anticipées seraient une «erreur»
  • Mouvement des «gilets jaunes» en France: plus de 400 personnes blessées, dont 14 gravement selon Castaner (RTL)

Yémen Abd Rabbo Mansour Hadi

Publié le • Modifié le

Yémen: les loyalistes ont repris quatre provinces en un mois

media
Des combattants fidèles au président Hadi, dans le sud du Yémen, le 4 août 2015. REUTERS/Stringer

Au Yémen, les rebelles houthis perdent du terrain face aux forces loyales au président Hadi et à la coalition internationale menée par l'Arabie saoudite. En l'espace d'un mois à peine, ils ont perdu quatre provinces de la région stratégique du sud du Yémen.


Selon des sources militaires loyalistes, les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont même repris Outmah mardi. La ville, située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Sanaa, était pourtant contrôlée par les rebelles houthis depuis janvier. Et il y a quelques jours, les loyalistes s'emparaient de Zinjibar, autre ville du sud du pays.

Depuis qu'ils ont reconquis la province d'Aden à la mi-juillet, le camp loyaliste et la coalition emmenée par l'Arabie saoudite ont repris au total quatre provinces du sud dont s'étaient emparés les rebelles houthis ces derniers mois.

L'appui de la coalition arabe, qui a fourni du matériel militaire moderne aux forces loyalistes et effectué de nombreuses frappes aériennes depuis la fin du mois de mars, a semble-t-il été décisif dans l'avancée des forces ralliées au président Hadi.

La prochaine cible des loyalistes pourrait être Taëz, porte d'entrée vers le détroit stratégique de Bab el-Mandeb par lequel transite une bonne partie du trafic maritime mondial. Car si la troisième ville du pays tombait aux mains du camp loyaliste, ses forces auraient le champ libre pour attaquer la capitale, Sanaa.

Chronologie et chiffres clés