rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Budget italien: «La Commission européenne ne veut pas d'une crise entre Bruxelles et Rome» (Pierre Moscovici sur France Inter)
  • L'ancienne ministre Ségolène Royal dénonce la fiscalité sur le carburant en France, un «matraquage fiscal par l'écologie» (RTL)

Irlande Religion consommation

Publié le • Modifié le

Fin de l'interdiction de vente d'alcool en Irlande pour le Vendredi saint

media
Temple Bar, le quartier touristique de Dublin. PAUL ELLIS / AFP

C'est une page qui se tourne en Irlande, où la vente d'alcool lors du Vendredi saint est désormais autorisée dans les magasins et les pubs. Sous la pression commerciale et face à l'afflux de touristes aux vacances de Pâques, le gouvernement a supprimé la loi d'inspiration religieuse en espérant notamment des retombées économiques avec une fréquentation plus importante. Vendredi soir, c'était donc une première et un succès mitigé. Reportage.


Avec notre correspondant à Dublin, Julien Lagache

La nuit tombe sur Temple Bar, le quartier touristique de Dublin. On voit du passage, sans plus, mais Conor Fitzpatrick, lui, ne voulait pas manquer l'occasion : « Ce soir, je suis sorti parce que les pubs sont ouverts et c'est la première fois de notre vie, c'est inédit. Alors je soutiens l'économie ! »

Malgré l'ambiance, il n'y a pas foule, et deux rues plus loin c'est le calme plat. On reconnaît des accents étrangers, les touristes eux sont là. Seamus également. Ce soixantenaire à la voix éraillée est partagé sur la levée de l'interdiction. « Je trouve qu'on abandonne une partie de notre culture, le lien à la religion, mais en même temps il y a toujours eu moyen de contourner la loi et si on voulait boire on pouvait alors, faisons avec ! »

Finis donc les achats de tickets de trains ou de ferries, dont les bars étaient exemptés d'interdiction. Et le commerce pourrait finalement pâtir de la réforme, estime David O'Leary, une pinte de Guinness à la main, et déjà nostalgique : « La veille du Vendredi saint, ça a toujours été la plus grosse journée pour les commerces de proximité et la vente d'alcool puisque tout le monde faisait des stocks et on faisait des soirées chez soi. C'est dommage de perdre ça... c'était bien. »

Chronologie et chiffres clés