rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping va rencontrer Trump les 6 et 7 avril 2017 aux Etats-Unis (Chine)
  • Arrivée du chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire
  • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
  • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
  • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
  • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump

Vatican Pape François

Publié le • Modifié le

Les anti-pape François ont encore frappé à Rome

media
Audience du pape François le mercredi 8 février 2017. REUTERS/Tony Gentile

Une semaine après les affiches placardées dans la ville critiquant le souverain pontife, c’est cette fois-ci un faux numéro de l’Osservatore Romano, le quotidien du Saint-Siège qui a été envoyé par mail à plusieurs cardinaux et évêques. Un numéro qui prête au pape des propos factices pour le discréditer.


Avec notre correspondant au Vatican, Olivier Bonnel

La typographie est exactement la même, caractéristique du quotidien du Saint-Siège, avec ses armes pontificales. En Une cette exclamation : « Il a répondu ! ».

Il, c’est le pape François bien sûr, que certains détracteurs accusent de vouloir ignorer les quatre cardinaux qui, dans une lettre rendue publique en novembre dernier ont fait part de leurs « doutes » quant à la ligne doctrinal du souverain pontife sur la famille. En langage canonique, ces doutes, les « dubia » sont des questions formelles qui exigent de répondre par « oui » ou bien par « non ».

Or dans cette édition pirate, le pape y répond par oui et non, rendant sa parole peu crédible. Les auteurs de ce faux n’épargnent pas non plus plusieurs proches du pape François qui plaident pour une ligne d’ouverture au monde.

Si cette version du journal ne s’est pas retrouvée dans les kiosques, ce nouvel épisode montre que les ennemis du pape argentin sont prêts à tout pour le discréditer. La gendarmerie vaticane a ouvert une enquête pour débusquer les mystérieux faussaires.