rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Présidentielle au Sri Lanka: ouverture des bureaux de vote
  • Californie: l'adolescent qui a ouvert le feu dans la cour de son lycée est mort de ses blessures
  • Bolivie: 5 paysans pro-Morales tués dans des affrontements
  • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
Littérature sans frontières
rss itunes deezer

Pierre Simenon, l'écriture en héritage

Par Catherine Fruchon-Toussaint

Fils de Georges Simenon, Pierre Simenon, né en 1959 à Lausanne, a travaillé comme analyste financier et gérant de portefeuille dans une banque privée genevoise avant de partir pour les États-Unis en 1987, où il devint avocat de cinéma à Los Angeles. Instructeur de plongée, passionné de requins et féru d’histoire, Pierre Simenon réside actuellement en Nouvelle Angleterre avec sa femme et ses deux enfants. Suite à son premier roman, «Au nom du sang versé», initialement écrit en anglais et traduit en une demi-douzaine de langues, il a écrit un récit autobiographique intitulé «De père à père», publié en octobre 2015. «L'enfant de Garland Road», publié chez Plon est son deuxième roman.

Couverture du nouveau roman de Pierre Simenon ©Plon

«Kevin O’Hagan a 63 ans. Écrivain raté et veuf torturé par les affres toxiques d’un mariage déchu et d’un amour devenu haine que même la mort n’a pas réussi à éteindre, il vit retiré du monde, sans espoir ni recours, dans les collines boisées du Vermont. Alors qu’il tente sans succès d’en finir avec l’existence, il devient malgré lui le tuteur de David, son neveu de 10 ans, qui vient de perdre ses parents dans des circonstances aussi brutales que mystérieuses. Au fil des jours se tissent des liens d’affection et de complicité entre le vieil homme et l’enfant, leur permettant à tous deux de lentement reprendre goût à la vie. Mais juste au moment où Kevin se met à espérer d’avoir enfin trouvé l’antidote au poison qui ronge son âme, la tragédie frappe à nouveau sans crier gare : un après-midi, David disparaît de son école, enlevé par un dangereux pervers. Pour le sauver de supplices innommables, Kevin se lance alors dans une traque effrénée qui exigera de lui toutes ses ressources et tout son courage. Sachant bien que, cette fois, il n’a pas droit à l’échec, et que tout se jouera sans merci ni pardon.»  (Présentation de l'éditeur)

L'écrivain Jean-François Samlong, la voix des enfants oubliés de La Réunion

L'écrivaine franco-rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse, 25 ans après le génocide des Tutsi