rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • France: mise en examen de l'élève qui avait été filmé braquant sa professeure à Créteil (parquet)
Le coq chante
rss itunes deezer

Les défis de l’agriculture au Togo

Par Sayouba Traoré

Depuis quelques années, le secteur agricole au Togo bénéficie d’énormes investissements de la part de l’Etat et des partenaires au développement, surtout en milieu rural. Pour ce faire, plus de 600 milliards de francs CFA ont été prévus pour le Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire. Ainsi donc, l’agriculture togolaise sur les cinq dernières années a enregistré des excédents alimentaires dans certaines spéculations. En dépit de toutes ces avancées, l’agriculture togolaise doit toujours consentir des efforts pour son plein développement.
(Rediffusion du 19 mars 2017).

La palette des actions nécessaires pour un réel essor du secteur de l’agriculture au Togo est vaste. Tous les programmes reposent en premier lieu sur la recherche agronomique. Le fer de lance, dans cette affaire, c’est l'Institut Togolais de Recherche Agronomique, ou ITRA. L'Objectif principal de l'ITRA est de contribuer à réduire la pauvreté et à assurer la sécurité alimentaire durable aux populations rurales par l'accroissement des revenus et l'amélioration de la productivité agricole. A ce titre, le mandat de l'ITRA est de mener des études jugées nécessaires, de développer, améliorer et valoriser les technologies agricoles et alimentaires modernes et paysannes adaptées, de mettre à la disposition des utilisateurs les résultats de la recherche.

Concernant le secteur des cultures d’exportation, avec le cas spécifique du café cacao, parmi les ambitions du Programme national d'investissement agricole et de sécurité alimentaire, le Togo, qui est producteur moyen dans ce domaine, compte porter sa production annuelle à 30.000 tonnes de café et 25.000 tonnes de cacao. Il se trouve que les rendements actuels à l'hectare oscillent entre 250 kg à 700 kg pour le café et 300 kg à 600 kg pour le cacao. Or, le potentiel agricole existe, et la production togolaise est de qualité.

 

Nathalie Kpanté. © RFI/Sayouba Traoré

 

Invités :
- Docteur Bonfoh Bédibèté, directeur général de l’Institut togolais de la recherche agronomique
- Mgbayom Kodjovi Cyril, secrétaire exécutif du Conseil interprofessionnel des filières café cacao
- Frère François Amouzou, moine, appartient à une communauté qui a développé une originale industrie agroalimentaire originale, dans la préfecture de Danyi, au sud-ouest du Togo
- Nathalie Kpanté, responsable de la production de la coopérative Choco Togo.
 

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Moszynski

Le Projet d'appui à la filière de l'anacarde au Mali, le PAFAM (rediffusion)

L’Association pour le développement de l’énergie solaire à Madagascar

Maraîchage, agroforesterie et arboriculture dans la commune de NGourane au Sénégal

Agroforesterie à Notto et fixation des dunes à Guethié Serré, au Sénégal