rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
  • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)

Cinéma Culture

Publié le • Modifié le

Yesterday», que ferait Danny Boyle sans les Beatles?

media
Himesh Patel dans «Yesterday», de Danny Boyle. © Jonathan Prime/Universal Pictures

Près de cinquante ans après la séparation des Beatles, Danny Boyle nous fait revisiter les tubes des « Fab Four » de Liverpool. Dans « Yesterday », le réalisateur britannique de « Trainspotting » et de « Slumdog Millionnaire » raconte l’histoire d’un jeune chanteur évoluant dans un univers parallèle, sans les Beatles.


Imaginez un monde sans les Beatles. Un monde parallèle où la mémoire des Fab Four et de tous leurs tubes aurait disparu. Oubliée de tous, sauf de Jack. Musicien sans le sou, celui-ci comprend d’ailleurs à peine ce qui s’est passé le jour où il entonne Yesterday sans qu’aucun de ses proches ne le reconnaisse.

Ni une ni deux, Jack va reconstituer tous les tubes de Paul McCartney et John Lennon. Il va devenir, en moins de temps qu’il ne faut pour chanter Let It Be, une super star mondiale.

Le scénario e(s)t la musique

Un jeune ambitieux arrive à ses fins grâce une imposture, mais parvenu au sommet, ayant conquis la gloire, les filles, l’argent, va-t-il enfin comprendre le vrai sens de la vie ? Yesterday reprend une recette éculée du film musical - grandeur et décadence d’une star de la pop - sans rien y ajouter de nouveau.

Les acteurs excellent, à commencer par Himesh Patel qui joue Jack, mais la mise en scène est trop clinquante pour convaincre. Surtout, le scénario mince et simpliste ferait long feu sans l’intense plaisir procuré par la musique des Beatles.