rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Riyad salue l'accord sur le Yémen et se déclare favorable à une solution politique (officiel)
  • France: Edmond Simeoni, figure de l'autonomisme corse, est décédé à 84 ans (entourage)
  • Social: usines en grève, barrages routiers et manifestations en Belgique pour un meilleur pouvoir d'achat
  • Attaque de Strasbourg: le président Emmanuel Macron se rend sur place vendredi après-midi (Elysée)
  • L'Otan indique vouloir «réexaminer» son engagement au Kosovo à cause de sa nouvelle armée (Stoltenberg)
  • Armée au Kosovo: la Serbie restera «sur le chemin de la paix» (Premier ministre)
  • Strasbourg: le marché de Noël rouvre en présence de Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur
  • La Chine indique vouloir suspendre les surtaxes douanières sur les voitures importées des Etats-Unis (officiel)
  • Japon: dix facultés de médecine ont falsifié les résultats au concours d'entrée, indique le ministère de l'Education
  • Kosovo: le Parlement vote la création d'une force armée (AFP)
  • Attaque de Strasbourg: sept personnes en garde à vue, dont deux nouvelles la nuit dernière (procureur de Paris)
  • Côte d'Ivoire: l'opposant Henri Konan Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo
  • Manifestation des «gilets jaunes»: pour l'«acte V» à Paris, un dispositif «semblable» à celui de samedi dernier (préfet de police)

Rohingyas Birmanie Droits de l’homme Aung San Suu Kyi

Publié le • Modifié le

Birmanie: la commission sur les Rohingyas critiquée par un membre démissionnaire

media
Kobsak Chutikul (à droite), a démissionné le 10 juillet de la de la commission consultative sur la crise des Rohingyas (photo d'illustration). Roslan RAHMAN / AFP

En Birmanie, un membre d’une commission consultative chargée de conseiller le gouvernement sur la crise des Rohingyas a annoncé samedi 21 juillet avoir donné sa démission. Il dénonce une situation intenable et peu propice à la mise en place de solutions.


Avec notre correspondante à Rangoon, Héloïse de Montety,

Le comité est « tenu en laisse ». Ce sont les mots employés par Kobsak Chutikul, secrétaire de la Commission consultative sur la crise des Rohingyas, pour justifier sa démission le 10 juillet dernier, rendue publique ce samedi 21 juillet.

Cet ancien ambassadeur, ex-membre du Parlement thaïlandais, était notamment en charge de la collecte d’informations et du travail préparatoire des réunions. Dénonçant un manque de moyens, il a ajouté que la commission avait été empêchée d’accepter des fonds internationaux, et que les représentants de l’armée birmane avaient refusé de les rencontrer.

C’est déjà le deuxième membre à quitter cette commission depuis sa création en décembre 2017 par Aung San Suu Kyi. En effet, un mois après sa mise en place, le diplomate américain Bill Richardson avait claqué la porte, dénonçant « le manque d’autorité morale » de la dirigeante birmane.

Cette commission a été créée dans le but de conseiller le gouvernement sur la crise humanitaire qui a lieu dans l’Etat d’Arakan. Depuis août 2017, près de 700 000 Rohingyas ont fui la région, suite à des exactions de l’armée birmane.

à (ré)écouter : Birmanie: Aung San Suu Kyi, l'armée et les Rohingyas

Chronologie et chiffres clés