rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)

Criminalité Droits des femmes États-Unis Sexualité

Publié le • Modifié le

États-Unis: le célèbre ténor Placido Domingo accusé de harcèlement sexuel

media
Le ténor espagnol Placido Domingo lors d'une répétition au théâtre de la Scala de Milan, le 14 avril 2010. REUTERS/Courtesy of Teatro alla Scala/Handout

Neuf femmes accusent Placido Domingo de harcèlement sexuel. Huit chanteuses et une danseuse témoignent dans une enquête de l'agence Associated Press (AP) publiée mardi 13 août. Des accusations étayées par de nombreux témoignages de professionnels de l'art lyrique, qui révèlent que le comportement, a minima déplacé, de la légende de l'Opéra avec les femmes était un secret de polichinelle.


Dans les coulisses après chaque représentation, Placido Domingo lui murmurait à l’oreille : « Patricia, est-ce que tu dois rentrer chez toi ce soir ? ». La mezzo-soprano Patricia Wulf est la seule femme à avoir accepté de témoigner publiquement.

Appels nocturnes incessants, baisers forcés, irruptions dans les loges, promesses de rôles dans les productions du chanteur, également directeur des opéras de Los Angeles et de Washington. Tous les autres témoignages recueillis par Associated Press sont anonymes par peur de représailles dans le milieu, parfois par sentiment de culpabilité à l’idée de salir l’image d’un artiste génial.

Dans l’entourage de Placido Domingo ces agissements avec les chanteuses en début de carrière étaient pourtant un secret de polichinelle révèle l'enquête. Une collaboratrice de l’opéra de Los Angeles explique par exemple qu’il était ouvertement recommandé entre chanteuses de ne jamais rester seule avec le maître de l'art lyrique.

Placido Domingo juge ces accusations de harcèlement troublantes et inexactes. « Il est douloureux d’apprendre que j’ai pu contrarier ces femmes ou les mettre mal à l’aise, alors que je pensais que toutes mes interactions étaient consensuelles », écrit-il dans sa réponse à Associated Press. « Les règles d’aujourd’hui sont très différentes de celles qui avaient cours par le passé », se justifie le chanteur.

L'opéra de Los Angeles dont Placido Domingo est directeur général, a indiqué mardi qu'il allait « engager un avocat pour enquêter sur les inquiétantes allégations » contre le célébrissime chanteur.

À écouter aussi : Retour sur le mouvement #Metoo en 2018

Chronologie et chiffres clés