rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chili Migrations Internationales Réfugiés Internet Réseaux sociaux

Publié le • Modifié le

Salam, une application d'aide aux migrants au Chili

media
L'application Salam souhaite aider les migrants au moment de leur arrivée au Chili. Google Play

Comment se débrouiller au quotidien quand on arrive dans un pays que l'on ne connaît pas, et dont on ne maîtrise pas la langue ? C'est le défi de beaucoup de migrants dans le monde, et notamment de ceux qui arrivent au Chili. Parmi eux, quelques arabophones. Une application mobile a été lancée la semaine dernière pour les aider à faire leurs premiers pas dans ce petit pays d'Amérique du sud.


De notre correspondante à Santiago,

Ils seraient quelques centaines à arriver chaque année au Chili. Certains fuient la guerre en Syrie, d'autres arrivent pour des raisons économiques, ou même un peu par hasard. Quinze familles de réfugiés syriens sont aussi arrivées ici en octobre grâce à un programme de l’ONU et du gouvernement chilien. Rien à voir avec le nombre d'Haïtiens ou encore de Vénézuéliens, très nombreux en ce moment. Mais à leur arrivée, ils sont confrontés aux mêmes difficultés que beaucoup de migrants : comment trouver un logement ? Quelles sont les démarches à faire pour obtenir un visa ? Où se soigner ? Des questions d'autant plus difficiles que la plupart d'entre eux ne parlent pas du tout espagnol en arrivant.

Une importante communauté syrienne au Chili

On le sait peu, mais le Chili abrite depuis longtemps la plus grande communauté palestinienne hors du monde arabe, et aussi une communauté syrienne, d'environ 70 000 personnes. C’est cette communauté-là qui a eu l'idée de lancer cette application, en voyant arriver des dizaines puis des centaines de personnes fuyant la guerre en Syrie.

L'application, appelée Salam, fonctionne un peu comme un petit site internet. On trouve par exemple des informations sur les demandes de visas longue durée, une aide juridique, une carte interactive des lieux importants ou utiles de Santiago, la capitale, et de la région voisine de Valparaiso. Il y a aussi un dictionnaire arabe-espagnol, des informations sur la culture chilienne, et une messagerie instantanée, pour poser des questions aux autres utilisateurs, ou même aux créateurs de l’application. Elle doit être enrichie au fur et à mesure, mais selon un Syrien qui a collaboré à sa création, elle regroupe déjà presque toutes les informations dont il aurait aimé disposer à son arrivée au Chili, il y a un an et demi. Et Salam est entièrement gratuite.

Salam, une application solidaire

Au moment où l'idée est née, il y a 5 ans, il n'existait pas d'autres applications similaires. C'est en voyant de plus en plus d'exilés syriens s'installer au Chili, et demander de l'aide auprès de son association, que le président de la Société de bienfaisance syrienne a voulu créer cette application. L'association, vieille de plus de cent ans, a ensuite longtemps cherché des financements et des partenaires, car un tel projet coûte plus de 20 000 euros. Salam a finalement vu le jour grâce à l'aide de l'ambassade américaine au Chili, et d’une grande entreprise privée. Mais aussi grâce à des bénévoles, et à une association qui a créé il y a quelques mois une application pour les migrants haïtiens. Ils se sont donc appuyés ce modèle pour créer Salam, et souhaitent, pourquoi pas, la développer dans d'autres pays d'Amérique latine.