rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
  • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
  • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
  • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
  • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
  • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
  • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves

États-Unis Telecom Chine Entreprises

Publié le • Modifié le

Téléphonie: le divorce entre Google et Huawei aux États-Unis

media
Les utilisateurs actuels de téléphones fabriqués par Huawei ne pourront plus mettre à jour le logiciel d'exploitation Android. (Photo d'ilustration). REUTERS/Tyrone Siu

L'Américain Google, dont le système mobile Android équipe l'écrasante majorité des smartphones dans le monde, suspend ses relations avec le Chinois Huawei. Pour Google, l'équipementier chinois fait partie de ces entreprises jugées « à risque » par Washington. Un nouveau coup dur pour Huawei.


C'est la première grande entreprise américaine à appliquer le nouveau règlement établi par la Maison Blanche. Google indique qu'il ne fournira plus de logiciels, de matériel informatique ni de services techniques à Huawei, à l'exception des services disponibles en open source, c'est-à-dire libres de droits.  

Cela signifie que les utilisateurs actuels de téléphones fabriqués par Huawei ne pourront plus mettre à jour le logiciel d'exploitation Android. Ils pourront, en revanche, toujours utiliser et mettre à jour les applications mobiles fournies par Google. Des applications phares, comme Gmail, YouTube ou le naviguateur Chrome qui ne seront toutefois plus installées sur les futurs modèles de smartphones Huawei.

C'est un nouveau coup dur pour le fabriquant chinois, bête noire de Washington. En pleine guerre commerciale avec Pékin, Donald Trump a interdit la semaine dernière aux groupes américains de commercer dans les télécommunications auprès d'entreprises étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale.

Selon les spécialistes, la décision de Google ne devrait pas avoir d'effet en Chine, car la plupart de ses applications y sont interdites. Le deuxième marché de Huawei, l'Europe, risque en revanche d'être davantage affecté.

► À lire aussi : Trump exclut Huawei du marché américain des télécoms

Chronologie et chiffres clés