rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Sports Technologies Internet Océans Environnement

Publié le • Modifié le

Route du Rhum: Spirit of Saint-Malo, le bateau connecté de Sébastien Desquesses

media
Sébastien Desquesses sur son Class 40 Kersia, le 1er novembre 2018 à Saint-Malo. DAMIEN MEYER / AFP

C’est une première dans l’histoire de la Route du rhum : grâce à un dispositif inédit et un site web dédié, les amateurs de cette course mythique ainsi que le grand public vont pouvoir suivre en direct 24h/24 le skipper Sébastien Desquesses sur Spirit of Saint-Malo. Imaginée par l'entreprise Orange et deux étudiants de l'Ecole supérieure d'ingénieurs de Rennes, cette innovation met une technologie de pointe au service d'un exploit sportif.


A bord de son monocoque de 13 mètres de long baptisé « Spirit of Saint Malo », Sébastien Desquesses est comme tous les autres participants de la Route du Rhum, entouré d'électronique et de capteurs. En revanche, ce breton natif de Saint-Malo a décidé de partager sur un site dédié non seulement des photos, des vidéos ou des podcasts audio, mais également  tous les relevés numériques le concernant, lui et son bateau, avec le reste du monde.

Une aventure connectée

Ce projet de connexion totale et permanente a été mené à bien par deux étudiants de l'Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Rennes en partenariat avec le site Hello Future de l’entreprise Orange, explique le spécialiste des objets connectés d’Orange Lab, Jean-François Pellet. « On collecte des informations en provenance des différents capteurs qui sont présents sur le bateau, également une montre connectée que porte le skipper en permanence et toutes les informations, on les envoie au travers d'une liaison satellite. On les stocke et les affiche sur le site web d'Hello Future et sur un chatbot (chatter avec un petit robot) qui permet de discuter avec l'assistant virtuel de Sébastien Desquesses et donc obtenir des informations sur le rythme cardiaque du skipper, sur la vitesse du bateau, du vent, la pression atmosphérique. et toutes ces données sont disponibles pour le grand public. »

Une course virtuelle pour ceux qui restent à quai

Hormis la prouesse technique, les données recueillies vont intéresser les nombreux amateurs de régates virtuelles en ligne, tous comme les 300 000 participants de la transat qui surfent déjà en direction de la Guadeloupe depuis l’écran de leur ordinateur en se connectant sur le site du jeu en ligne Virtual Regatta. Ces données seront également précieuses pour la famille de Sébastien Desquesses «  Mes enfants vont pouvoir savoir si papa a bien dormi. Mon père suivra ma progression et pourra communiquer là-dessus » indiquait le skipper avant le départ.

Vers une navigation autonome ?

Par ailleurs, cet embryon de réseau web et maritime, après l’analyse des données de la course, pourrait permettre de développer des voiliers entièrement autonomes, capables de sillonner en toute sécurité les océans de notre planète bleue, sans aucun navigateur humain à la barre.