rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Nouvelles technologies Informatique Finances Société

Publié le • Modifié le

Les géants de l’intelligence artificielle réunis à Shanghai

media
Liu He, vice-Premier ministre chinois, participe à la cérémonie d'ouverture de la World Artificial Intelligence Conference, à Shanghai, le 17 septembre 2018. REUTERS/Aly Song

Les poids lourds de l’Intelligence artificielle sont réunis jusqu’au 19 septembre à Shanghai. Les experts et entrepreneurs d’une quarantaine de pays et plus de 200 entreprises participent à cette conférence mondiale sur l’intelligence internationale, où se dessine l’avenir de l’humanité.


Avec notre correspondant régional, Stéphane Lagarde,

Pour le meilleur et pour le pire, on parle de connexions entre la machine et l’homme, entre l’homme et les objets bien sûr. Et pourtant, c’est une lettre, un message sur papier qu’est venu lire Li Qiang, le secrétaire du comité municipal du parti communiste de Shanghai, lors de la cérémonie d’ouverture. Une lettre de Xi Jinping évidemment, le président chinois qui entend rassembler autour de ces technologies du futur.

La Chine est prête à partager les opportunités de l’économie numérique et les avancées en matière d’intelligence artificielle avec d’autres pays, a déclaré le président chinois à l’ouverture de la conférence lundi. Un discours plutôt conciliant.

Rassurer la communauté internationale sur les ambitions de la Chine.

Le chef de l’Etat a parlé de partager les résultats pour préserver la sécurité des partenaires de la Chine, dans un contexte de guerre commerciale avec les Etats-Unis. Un ton qui se veut rassurant, après avoir annoncé cet été vouloir devenir numéro un mondial de l’intelligence artificielle d’ici à 2030.

Pour cela, Pékin a un plan, une feuille de route : un document de 36 pages révélé le 20 juillet dernier, qui vise à faire passer le poids économique du secteur à près de 19 milliards d’euros en 2020, 43 milliards en 2025 et près de 130 milliards en 2030. Sachant que la Chine attire déjà aujourd’hui plus d’investissements dans ce domaine que les Etats-Unis. Mieux encore, le pays attire 70 % des 33,8 milliards de dollars collectés dans le monde pour les investissements dans l’IA.

Après la course aux armements, la course à l’intelligence artificielle, ce sont surtout des start-ups parrainées par les grands groupes qui sont au charbon. Les géants du numérique chinois et américains sont tous à Shanghai jusqu’à ce mercredi.

L’agence Xinhua a annoncé ce mardi que Microsoft, Amazon, Alibaba et consorts allaient tous ouvrir des centres de recherches sur l’IA à Shanghai, après que les autorités de la capitale économique chinoise aient révélé qu’elles allaient injecter 14 milliards de dollars pour stimuler le développement du secteur. Jusqu’à présent le gros des troupes dans le secteur se trouvait à Pékin

Nombreux changements dans la vie quotidienne des Chinois

Cela change tout déjà, car il y a déjà énormément d’applications basées sur l’intelligence artificielle. Dans le domaine médical, on compte désormais plus de 130 entreprises chinoises développant des applications permettant de libérer les médecins de certaines tâches, affirme le cabinet de consultants pékinois cité par le Vent de la Chine.

Dans la sécurité, les Chinois sont les champions de la reconnaissance faciale et sont capables d’identifier le piéton qui traverse en dehors des clous, les criminels ou les opposants politiques parmi des milliers de visages dans un lieu public en quelques minutes.

Il y a aussi la reconnaissance vocale : le groupe pékinois iFlyTek, spécialisé dans le traitement des voix et l’interprétation, sait reconnaître une voix parmi des dizaines d’autres dans un café. C’est assez bluffant: ils savent par exemple imiter l’accent du président américain Donald Trump et le faire parler en chinois.

Donald Trump parle en chinois via un robot permettant de traiter les voix 18/09/2018 Écouter

Une entrée aussi appréciée que crainte de l’IA dans le quotidien

Cette arrivée de l’intelligence artificielle dans la vie de tous les jours est perçue avec enthousiasme, selon un sondage publié par le journal en ligne Jinri Toutian (la « Lune du jour » en chinois). 53 % des personnes interrogées se disent favorables à ces nouvelles technologies.

Mais avec crainte aussi : plus d’un quart des sondés se disent inquiets. Ils ont peur tout simplement de perdre leur travail, d’être remplacés par des robots. Des manifestations traduisant cette inquiétude se produisent régulièrement dans les usines chinoises, particulièrement dans la province du Guangdong, l’ex-atelier du monde dans le sud-est de la Chine. Selon un rapport officiel récent, l’automatisation et le développement de l’IA devraient en effet affecter jusqu’à 70 % des emplois du secteur industriel d’ici à 2030. Demain donc.

Chronologie et chiffres clés