rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Eliminatoires CAN 2019 : Madagascar se qualifie pour la première fois de son histoire en battant la Guinée équatoriale (1-0)

Etats-Unis Google Facebook Iran

Publié le • Modifié le

Les géants de l’internet suppriment des comptes jugés proches de Téhéran

media
Facebook avait ouvert la marche en supprimant 650 comptes en début de semaine. Damien MEYER / AFP

Après Facebook et Twitter, Google annonce à son tour la fermeture de centaines de comptes suspectés d'être liés à l'Iran. Ces comptes actifs sur sa filiale YouTube sont soupçonnés d'avoir été utilisés pour diffuser en Occident une campagne de désinformation favorable aux intérêts de Téhéran.


Avec notre correspondant en Californie, Eric de Salve

Longtemps accusés de laxisme face à la propagande étrangère, les géants de la Tech en Californie rivalisent désormais d'annonces anti-« fake news ». En ligne de mire cette semaine, une campagne de désinformation qui aurait été menée par l'Iran afin de manipuler l'opinion aux Etats-Unis et en Europe.

Mardi, Facebook annonçait la fermeture de plus de 650 comptes liés à Téhéran sur sa plateforme et sur Instagram. Twitter a fait de même avec près de 300 fermetures et ce jeudi, c'est au tour du groupe Google d'annoncer la censure sur sa filiale YouTube de 39 chaînes identifiées comme émanant d'IRIB, la radio-télévision de la République islamique d'Iran. Des chaînes actives depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump.

Durcissement du ton face à Téhéran

Or, le président américain a fait du durcissement de ton face à Téhéran l'une des priorités de son mandat et « les acteurs engagés dans ce type d'opération d'influence sont en infraction avec nos politiques », justifie Google.

A trois mois des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, Google annonce aussi avoir déjoué une attaque de type phishing menées par un Etat non nommé ciblant des journalistes, des militants et des universitaires du monde entier.

D'ordinaire ce type d'action est plutôt imputé à des espions russes toujours actifs par ailleurs. Le groupe Microsoft annonçait ce lundi avoir été la cible d'une attaque de pirates liés au Kremlin.

Chronologie et chiffres clés