rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Internet Réseaux sociaux Sports Défense Afghanistan Syrie Irak

Publié le • Modifié le

Des données militaires «dévoilées» par une application de fitness

media
L'application Strava permet de géolocaliser avec précision les bases militaires. © Strava 2017

Une application de fitness pour smartphone affiche sur son site web les parcours de jogging préférés de millions d'utilisateurs. Parmi eux des soldats positionnés en Afghanistan, en Irak et en Syrie qui entretiennent leur forme physique mais oublient que leurs téléphones peuvent être des puits d'information. Des sites militaires plus ou moins confidentiels sont donc désormais facilement repérables.


Mens sana in corpore sano, « un esprit sain dans un corps sain », telle est la devise aujourd’hui des géants du secteur high-tech qui ont décidé depuis longtemps de recueillir en temps réel nos activités physiques quotidiennes ou de repérer, honte à nous, leur total absence. Partager ses exploits sportifs sur les réseaux sociaux est devenue une pratique courante pour de nombreux internautes. Une infinité d’applications développées pour mobile, montres et autres bracelets connectés localisent, en se servant du système GPS de nos appareils, les lieux préférés de nos activités.

Les téléphones des militaires, véritables mouchards

La carte numérique en ligne Global Heat Map, publiée par la société de traçage par GPS Strava, permet cette « visualisation en direct » de ses abonnés sportifs dans toutes les régions du monde. Avec 27 millions d'utilisateurs de l'appli sur la planète, nous avons créé  « le 1er réseau cartographique mondial des athlètes pro et amateurs », se vantaient ses concepteurs en novembre 2017. Leur site en accès libre, met en ligne une carte interactive constituée à partir d’images satellitaires d’une redoutable précision. Et c’est bien là le problème. Si des endroits comme l'Amérique du Nord, l'Europe ou l'Asie de l'Est dévoilent la très forte activité des sportifs, d'autres régions sont, en revanche, presque totalement vides. Dans certains pays, les seuls utilisateurs de l’appli Strava qui s'affichent sur la carte, semblent être des soldats qui entretiennent leur forme physique. Dans certain cas, il s’agit de militaires en patrouilles qui ont complètement oublié d’éteindre leurs appareils, constate Nathan Ruser, étudiant australien en cybersécurité, le premier à découvrir l’anomalie.

Une faille de sécurité préoccupante

Depuis cette découverte, les internautes sur les réseaux sociaux s’amusent à repérer toutes les bases militaires en diffusant des copies d’écrans des activités « sportives » dans les zones de confits. Ils affichent les implantations des sites militaires de la coalition en Syrie, ou encore les alentours de la base française de Madama, dans le nord du Niger, par exemple. Et bien d’autres endroits plus confidentiels, déplore le département américain de la Défense, qui juge cette « récente divulgation de données sensibles » préoccupante.

Dépités, les concepteurs de Strava conseillent aujourd’hui aux militaires en mission de désactiver la fonction « partage de lieux » sur leur système et rappellent qu’ils ne sont pas les seuls à cartographier des zones de conflit. Google Map ou Bing aussi les affichent en clair et depuis longtemps… avec toutefois moins de détails sur les activités de remise en forme de nos forces armées.

Chronologie et chiffres clés