rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Espace Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Espace: il y a 40 ans, les sondes Voyager 1 et 2 prenaient leur envol

media
Jupiter, photographié par la sonde «Voyager 1» en 1979. (Photo by: Universal History Archive/UIG via Getty Images)

Ce sont les objets les plus éloignés de la Terre jamais fabriqués par l'Homme, porteurs d'un message de paix, de musique baroque et de rock pour d'hypothétiques extra-terrestres : il y a 40 ans, les sondes Voyager 1 et 2 prenaient leur envol de Cap Canaveral en Floride.


En 1977, les planètes les plus éloignées de notre système solaire étaient encore méconnues et les deux petites sondes Voyager 1 et 2 ont changé l'histoire de l'astronomie. Le disque d'or qu'elles portent sur un flanc, ce qui est gravé dessus, mais aussi Carl Sagan, l'astronome au visage d'ange qui l'a compilé, qui en fait la plus romantique des missions d'exploration de l'univers.

Si un jour une civilisation extra-terrestre mettait la main dessus, elle pourrait découvrir grâce au mode d'emploi gravé sur le disque des informations essentielles sur l'humanité et même des indices pour trouver notre planète.

Les sons enregistrés comprennent le chant des baleines, du rock avec « Johnny B. Goode » de Chuck Berry, beaucoup de Jean-Sébastien Bach mais aussi des musiques des aborigènes d'Australie, du Pérou ou encore du Zaïre et du Japon.

Formules mathématiques

Les images vont de formules mathématiques à une femme qui allaite ou un embryon humain dans le ventre de sa mère. Et des choses plus triviales comme un repas chinois, un aéroport ou l'intérieur d'une usine.

Carl Sagan, un astronome qui a eu dans les années 1980 un statut de rock star grâce à ses émissions de télévision de vulgarisation, ses livres et un physique de jeune premier, a dirigé le comité de sélection avec une résonance mondiale.

Voyager 2 a été lancé en premier, le 20 août 1977, suivi par Voyager 1, le 5 septembre, mais placé sur une trajectoire plus courte et plus rapide qui lui a permis de devancer son jumeau. Il fonce maintenant dans l'espace interstellaire à presque 17 kilomètres par seconde, contre un peu plus de 15 pour Voyager 2.

La mission Voyager n'a pas seulement dû affronter les rigueurs de l'espace pour survivre. Le budget était serré et la technologie d'exploration était encore fort limitée. Pour empêcher les câbles de frire sous l'effet des radiations, un scientifique se souvient les avoir enveloppés dans du vulgaire papier alu de cuisine.

Révolution de l'astronomie

Le duo cosmique a fait voir le système solaire avec une précision inégalée jusque-là. Les premières images de la Grande Tache Rouge, une gigantesque tempête de la taille de deux Terres qui fait rage sur Jupiter, ont enthousiasmé les scientifiques.

La mission Voyager a aussi révélé l'existence de volcans sur Io, une lune de Jupiter, des signes depuis confirmés de l'existence d'un océan sous la surface d'une autre, Europa, et a montré que des geysers crachaient de la glace sur Triton, un satellite de Neptune.

Les livres d'astronomie ont été réécrits grâce aux sondes. « Elles ont révolutionné l'astronomie planétaire », souligne la Nasa. Mais leur plus gros impact sur l'humanité est peut-être dû à une image, parmi les milliers prises.

Carl Sagan a demandé que Voyager 1 prenne une photo de la Terre éloignée alors de 6,4 milliards de kilomètres. Elle fut prise le jour de la Saint-Valentin, la fête des amoureux dans de nombreux pays, en 1990.

La Terre, un point minuscule

La Terre est alors apparue comme un point minuscule, une poussière dans un rayon de lumière, moins d'un pixel dans l'immensité de l'espace.

« Je pense que cette perspective souligne notre responsabilité de préserver et chérir ce petit point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue », avait déclaré Carl Sagan. La formule a fait mouche.

Voyager 1 est l'objet le plus éloigné jamais construit par l'homme, après être entré en 2012 dans l'espace interstellaire. Il se trouvait fin août à près de 20,9 milliards de kilomètres de la Terre. Il faudrait 19 heures et 20 minutes pour l'atteindre à la vitesse de la lumière.

Cela fait longtemps que les sondes ne prennent plus d'images mais des instruments transmettent encore des données vers la Terre. Les deux vaisseaux peuvent produire une énergie suffisante pour survivre et communiquer jusqu'en 2020, selon les estimations de la Nasa.

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés