rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Iran Internet Nouvelles technologies

Publié le • Modifié le

Protestations en Iran après la suppression de plusieurs applications par Apple

media
Des employés de la société Bamilo dans leurs bureaux de Téhéran, en juillet 2017. ATTA KENARE / AFP

De nombreux Iraniens, dont le ministre des Télécommunications, protestaient samedi contre la suppression d'une dizaine d'applications parmi les plus importantes fabriquées et utilisées en Iran par la boutique en ligne du géant américain des technologies Apple.


Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Gazi

Les Iraniens ont multiplié les tweets pour critiquer la décision d'Apple et une pétition en ligne a déjà recueilli près de 5 000 signatures.

Parmi les applications supprimées, il y a Digikala et Bamilo, deux sociétés de vente par internet du même genre qu'Amazon, ainsi que celles de Snapp et Tap30, deux sociétés de taxis de type Uber, ou encore Delion, qui livre des repas.

Selon les chiffres officiels, 40 millions d'Iraniens, sur une population de 80 millions de personnes, ont des smartphones. Et parmi eux, six millions possèdent des IPhones. et en pratique, cette décision signifie que ceux-ci ne pourront plus utiliser ces applications ou les mettre à jour.

Sanctions américaines

De son côté, la société Apple a simplement expliqué qu'elle a dû retirer ces applications de sa boutique en ligne à cause des sanctions américaines qui interdisent toute transaction financière entre des Américains et l'Iran.

Le ministre des Télécommunication Javad Azari a protesté dans un tweet en affirmant qu'Apple n'avait pas respecté les « droit des utilisateurs » iraniens.

« Les technologies de l'information doivent être utilisées pour rendre la vie des gens meilleure et plus confortable et non comme un moyen de discrimination entre les pays », a ajouté le jeune ministre.

Malgré l'accord nucléaire et la levée d'une partie des sanctions internationales, les Etats-Unis maintiennent toujours des sanctions contre l'Iran et le président Donald Trump ne cesse de durcir le ton à l'égard de Téhéran.

Chronologie et chiffres clés