rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Egypte: l'attaque d'une mosquée dans le Sinaï fait au moins 54 morts selon la télévision d'Etat

Internet Réseaux sociaux Facebook

Publié le • Modifié le

Le réseau social de questions-réponses Quora se met à l'allemand

media
Quora, cofondée par un ancien de Facebook, a lancé une version en allemand, poursuivant son développement en Europe après la France, l'Espagne et l'Italie. ©Quora

«La meilleure réponse à n'importe quelle question», tel est le slogan de la plateforme Quora. Depuis son lancement en 2009 par deux anciens de Facebook, ce service en ligne revendique aujourd’hui 200 millions de visiteurs uniques chaque mois. Après une version en français, en italien et en espagnol, Quora lance sa version allemande.


«L'univers est-il infini ? » ou « Pourquoi les chiens aboient-ils ? » Sur Quora, réseau social de partage des connaissances, aucun sujet n’est laissé de côté. Les meilleurs experts de la communauté répondent indifféremment aux grandes interrogations que suscitent en nous les avancées de la science ou aux questions plus farfelues comme « faut-il se mettre à l’abri en cas d’averse ?» ou « quelle est la meilleure pizza de mon quartier ?».

Quora, immense forum d'experts

Tous les utilisateurs de Quora doivent d’abord monter patte blanche en s’inscrivant sous leur véritable nom et rédiger une courte biographie. Après cette inscription totalement gratuite, l'internaute a le choix entre poser une question ou apporter une réponse éclairée dans son domaine de compétence. Chaque contribution est évaluée par les membres de la communauté et reçoit une note en fonction de sa pertinence. Un programme informatique vérifie également la crédibilité des réponses et gère l’ordre de leur affichage sur le site.

Ce système de vote limiterait ainsi la publication de fausses informations, selon Adam d’Angelo, ancien directeur technique de Facebook et cofondateur du site Quora : «Tout le monde peut répondre à des questions, mais ce que nous faisons, c'est que nous adressons des questions aux gens qui sont à notre avis les mieux placés pour répondre à la question. Alors on s'adresse à ces gens dont nous savons grâce a un certain nombre de signaux que probablement ils connaissent bien le sujet, et on va les inviter à voter. Ils vont dire 'voilà, à notre avis, ça c'est une bonne réponse, ou une moins bonne réponse'. Et en tenant compte de ces experts, de ces autres personnes qui ont voté, on sait à peu près si on a affaire à une réponse précise ou pas».

Un design simple mais efficace

Le site se distingue par une mise en page minimaliste mais néanmoins assez design, aux dires de ses concepteurs. La plateforme qui se décline à l’identique sur les smartphones est déjà disponible en anglais, en espagnol, en français et en italien. « Notre objectif est d'être dans toutes les langues », a assuré ce mardi 11 juillet le patron de Quora lors du lancement à Berlin de la version allemande du site.

Alors qu’aux Etats-Unis, des annonceurs peuvent déjà insérer des publicités contextuelles sur des questions et des réponses concernant exclusivement des produits, les messages commerciaux seront absents dans les versions européennes. Quora, qui cherche encore un modèle économique pérenne, estime que la monétisation des contenus de la plateforme viendra bien plus tard.