rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Etats-Unis: mort de Jerry Lewis, humoriste et acteur américain très populaire, à l'âge de 91 ans, à Las Vegas

Internet Réseaux sociaux Législatives françaises 2017

Publié le • Modifié le

#Légistatives2017, #Législatives2017, un hashtag erroné qui en dit long

media
La désaffection des urnes s’est ressentie ce dimanche 11 juin sur les réseaux sociaux.  Reuters

Dimanche 11 juin, avait lieu le premier test électoral populaire pour le président Macron nouvellement élu. Les sondages qui indiquaient un raz-de-marée en faveur de la République en Marche se sont révélés exacts. Mais la grande surprise de ce 1er tour, c'est un taux record d’abstention. Et cette désaffection des électeurs s’est également reportée sur les réseaux sociaux.


Quelle folle journée électorale en France dimanche 11 juin ! Dès 8h30 les bureaux de votes en France ont été pris d’assaut. Des millions d’internautes postent en masse des messages de soutiens pour défendre les couleurs de leurs candidats. Les serveurs informatiques peinent à suivre la cadence, le black-out du net menace...

Evidemment, cette politique fiction n’a jamais eu lieu. Dimanche 11 juin, c'était le calme plat sur tous les réseaux sociaux en ce dimanche d’élection.

Des commentaires peu ethousiastes

« Est-ce bizarre que j'assimile cette action à une corvée ?? », écrit l’un. « Je ne sais même plus où est ma carte électorale », avoue un autre. Dans des bureaux de votes déserts, certains accesseurs twittent pour tromper l’ennui : « C'est très calme, un peu long », confie l’un d’eux. « Participation affligeante ! » « Allez voter ! », encourage un autre. Entre les abstentionnistes et les votants, les échanges se font alors plus houleux : « Moins de 80 % de votants à midi, bravo les Français, ne venez pas rouspéter après », commente un internaute. Certains s’amusent de la situation, « avec un taux de participation pareil, il n’y aura plus bientôt que les candidats qui voteront ». En fin d’après-midi, des médias belges et suisses qui faisaient cas de ce record d’abstention en ont profité pour divulguer les estimations du premier tour des législatives avant l’heure légale en France.
 
« #Légistatives2017 », un mot clé mal orthographié

Cerise sur le gâteau, la majorité des messages échangés sur les réseaux sociaux étaient accompagnés d'un mot clé mal orthographié. « #Légistatives2017 » était en effet en tête de liste sur Twitter pendant toute la journée. Une vilaine faute de frappe qui a énervé la porte-parole de France insoumise qui poste « tellement de mépris pour les législatives, que le dièse est mal écrit ». Certains internautes se moquent de l’affaire « C'est le stagiaire de @BFMTV qui a écrit #legistatives2017 avec 2 "t"? ». Après enquête, l’origine de la faute qui date du 14 mai dernier, a été commise par le candidat nationaliste de Haute-Corse, Jean Félix Acquaviva. Cependant, peu d’internautes, candidats compris, se sont rendu compte de cette erreur.

#RadioLondres encore et toujours

Comme à son habitude, le mot clef #RadioLondres a diffusé de fausses nouvelles et d’annonces de résultats « bidon » comme celle-ci, « la morue est salée et l’alligator s’est noyé dans le désert », indique un Twittos ajoutant « Ne cherchez pas, je fais le coup à chaque élection ». Cette journée de dimanche a été très pauvre en messages, les internautes qui ont boudé les urnes, ont également déserté les réseaux sociaux.  Ils se sont réveillés après 20 h, à l’annonce des estimations du premier tour de la législative, chacun s’invectivant à nouveau, accusant l’autre du mauvais score de son candidat. « En voyant la liste des éliminés, tu te rends que ces législatives ont été plus violentes qu'un épisode de Game of Thrones »,  a résumé un internaute heureux ou désabusé par les résultats, impossible de le savoir.