rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Sports Handball France Histoire

Publié le • Modifié le

Thierry Omeyer, la retraite d’un géant du handball

media
Thierry Omeyer, en 2017, sous le maillot du PSG Handball. Ina Fassebender/AFP

Thierry Omeyer, 42 ans, joue le dernier match de son immense carrière ce jeudi 6 juin avec le PSG Handball contre Cesson-Rennes, pour le compte de la 26e et dernière journée du championnat de France. Le plus grand gardien de l’histoire de son sport a tout remporté pendant ses 25 années de haut niveau. C’est un monument du hand qui tire sa révérence.


Ce qui a commencé doit finir. La belle histoire de Thierry Omeyer avec le handball de haut niveau touche à sa fin. « Il y aura beaucoup d’émotion », prévient le gardien de but. Ce jeudi 6 juin, dans la soirée, le quadragénaire sera entouré de ses coéquipiers du PSG Handball, mais aussi de ses proches, pour le match face à Cesson-Rennes. Ce sera l’occasion de fêter le titre de champion de France du club parisien, face à un adversaire qui jouera sa survie dans l’élite. Et ce sera donc le moment de célébrer Thierry Omeyer pour le 1 264e et dernier match de sa carrière de handballeur.

59 titres en 25 ans !

Le lien entre le natif de Mulhouse et le handball ne sera pas totalement rompu. On ne reverra plus Omeyer déployer son 1,92m dans sa cage, mais l’intéressé ne va pas quitter cet univers où il s’est installé parmi les légendes. A 42 ans, il a déjà en poche son diplôme d’entraîneur. En septembre, sa formation de manager de club sportif sera validée. « Je ne sais pas si je veux tout de suite devenir entraîneur principal d’une équipe. J’ai passé mon diplôme au cas où l’adrénaline de la compétition me manquerait. Ce qui est sûr, c’est que je vais rester assez proche de la partie sportive pour aider le PSG à grandir », confie-t-il.

« Titi » n’en n’a donc pas vraiment fini avec le hand. Mais le voir mettre un terme à sa carrière de handballeur professionnel, cela fait quelque chose. Omeyer n’est pas le premier venu quand on parle handball. Au contraire, il est l’un des plus grands joueurs de l’histoire de ce sport. Une figure majeure qui a largement contribué à faire de la France la sélection la plus titrée de tous les temps.

De son entrée dans le monde pro, en 1994 alors qu’il n’avait que 18 ans, à son dernier match ce 6 juin, Thierry Omeyer a remporté… 59 titres ! « Quand on est sportif de haut niveau, gagner un titre, c’est bien, car il n’y en a pas beaucoup qui gagnent des titres. Mais en gagne 59… Ça met le curseur tellement haut. C’est même difficile de l’imaginer », lâche au micro de BeIN Sports Bruno Martini, prédécesseur d’Omeyer dans la cage de l’équipe de France.

Thierry Omeyer, gardien de but de l'équipe de France, a de nouveau multiplié les exploits contre la Suède en finale, dimanche 12 août. REUTERS/Marko Djurica

Le plus grand de tous les temps

Cinquante-neuf titres pour Omeyer, dont bien sûr les plus beaux avec les Bleus. Trop jeune pour faire partie des « Barjots » champions du monde en 1995, le gardien a intégré l’équipe de France en 1999. Avec les « Costauds », il a remporté son premier titre mondial en 2001 à domicile. Puis il y eut la victoire au Championnat d’Europe 2006, et l’or olympique en 2008. L’ère des « Experts » s’ouvrit alors, toujours avec Thierry Omeyer en gardien du temple tricolore. Suivront une nouvelle médaille d’or olympique en 2012, quatre autres titres mondiaux (2009, 2011, 2015, 2017) et deux Championnats d’Europe supplémentaires (2010, 2014). En quelques années, l’équipe de France est devenue la sélection la plus imprenable de l’histoire du hand, avec ses joueurs extraordinaires à chaque poste.

Sur un plan plus personnel, les récompenses se sont aussi accumulées. En 2008, Thierry Omeyer reçoit le titre de meilleur handballeur de l’année, distinction rare pour un gardien. En 2010, c’est encore plus fort : avec 93,54% des suffrages, il est sacré meilleur gardien de handball de tous les temps. Une récompense à la hauteur du talent du Français, dont les réflexes incroyables, les arrêts spectaculaires et le sens de l’anticipation presque surnaturel ont écœuré tant d’adversaires. Avec en plus ses succès en clubs (dont quatre Ligues des champions avec Montpellier et les Allemands de Kiel), le rempart bleu-blanc-rouge affiche un palmarès inégalé dans le hand.

Daniel Narcisse (g) et Thierry Omeyer lors des championnats du monde 2017 en France. Thomas SAMSON / AFP

Intransigeant, travailleur acharné, Thierry Omeyer s’est hissé au sommet aussi grâce à un état d’esprit sans faille, un « caractère de compétiteur » comme il le dit. « La haine de la défaite m’a toujours habité. L’envie de toujours me dépasser, de me transcender. Cette exigence m’a toujours accompagné », ajoute-t-il. Ses anciens partenaires en parlent avec admiration. Olivier Girault le dépeint comme un « psychopathe de l’analyse et du travail ». Claude Onesta, l’ex-sélectionneur, insiste sur sa « perpétuelle remise en question ». La panoplie parfaite du meilleur gardien possible, en somme. Cette place de numéro un universel, Thierry Omeyer l’a acquise comme un prédateur règne sur un territoire : en étant tout simplement le plus fort, le plus intouchable, le meilleur. Et c’est ce qu’il est : Thierry Omeyer, le meilleur.

Chronologie et chiffres clés