rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël: les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre

Boxe JO 2020 Sports

Publié le • Modifié le

JO 2020: la boxe devrait garder sa place à Tokyo, mais pas l’AIBA

media
Lors du tournoi de boxe des JO 2016. POOL / AFP

Il devrait bel et bien y avoir de la boxe aux Jeux olympiques 2020. En revanche, le tournoi ne devrait pas être géré par la fédération internationale de boxe amateur (AIBA), engluée dans des difficultés financières et de gouvernance. C’est en tout cas ce que recommande la Commission exécutive du Comité international olympique (CIO), ce 22 mai 2019. Cette recommandation devrait être validée par la Session du CIO qui se tiendra entre le 24 et le 26 juin 2019.


La boxe n’est pas KO. Mais la fédération chargée d’organiser son tournoi aux Jeux olympiques, l’AIBA, est quasiment à terre, ce 22 mai 2019. Le Comité international olympique a en effet annoncé que « la boxe devrait garder sa place au programme des sports JO 2020 ». En revanche, la Commission exécutive du CIO a également recommandé que « la reconnaissance de l’association internationale de boxe […] (soit) suspendue ». Cette décision sera soumise au vote du parlement (Session) du CIO, entre le 24 et le 26 juin prochain.

« Il n’y a pas eu de progrès satisfaisants »

En d’autres termes, c’est le Comité international olympique ou une autre organisation qui va sans doute gérer les compétitions de boxe à Tokyo, à la place de l’AIBA. Cette dernière est dans le collimateur du CIO depuis plusieurs mois, « en raison de la gravité de la situation concernant la gouvernance, l'éthique, la gestion financière, ainsi que l'arbitrage et le jugement ».

Un comité d’enquête mené par le CIO estime ainsi « qu’il n’y a pas eu de progrès satisfaisants » au sein de l’AIBA, depuis 2017. « Le statut de reconnaissance définitive de l’AIBA sera en principe revu après les Jeux de Tokyo 2020 », souligne un communiqué. « Dans le même temps, nous offrons une possibilité de lever la suspension, mais des changements fondamentaux sont nécessaires », a déclaré le président du CIO, Thomas Bach.

Une fédération en crises

L'AIBA connaît régulièrement des situations de crise. Le Pakistanais Anwar Chowdhry, président de 1986 à 2006, avait été suspendu à vie en 2007 pour malversations financières. Sous sa présidence, plusieurs décisions des juges durant les JO ont été entachées de soupçons de corruption. Chowdhry avait été battu en 2006 par le Taïwanais Ching Kuo Wu, lui-même contraint à la démission en novembre 2017.

L'arrivée à la tête de l'AIBA du controversé homme d'affaires ouzbek Gafur Rakhimov, qui a depuis démissionné, avait encore attisé les inquiétudes. Le Marocain Mohamed Moustahsane a été élu président par intérim le 29 mars 2019 avec l’espoir de sauver les meubles.