rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • CAN 2019 : l’Afrique du Sud obtient le dernier ticket pour la phase finale en battant la Libye (2-1)
  • CAN 2019 : la Tanzanie sera en Egypte pour la phase finale après s’être imposée 3-0 face à l’Ouganda déjà qualifiée
  • Football : l'équipe du Bénin s'est qualifiée pour la Coupe d'Afrique des nations 2019 en éliminant celle du Togo 2-1
  • CAN 2019 : le Congo-Brazzaville n’ira pas en Egypte après une défaite face au Zimbabwe (2-0)
  • CAN 2019 : la RDC se qualifie pour la phase finale en battant le Liberia 1-0 grâce à Cédric Bakambu

Handball Sports Congo-Brazzaville

Publié le • Modifié le

CAN 2018 de Handball: battre les Angolaises et aller au Mondial 2019

media
. Armin Kuebelbeck / Wikimedia Commons

La 23e Coupe d’Afrique des nations féminine de handball se déroule du 2 au 12 décembre 2018 à Brazzaville. Les trois meilleures équipes de la CAN 2018 seront qualifiées pour la Coupe du monde 2019 au Japon. Les Angolaises, qui ont remporté douze fois la compétition, constitueront l’équipe à battre.


Quelle équipe succèdera à celle d’Angola, au palmarès de la Coupe d’Afrique des nations féminine de handball, le 12 décembre 2018 à Brazzaville ? Les Angolaises, sacrées 12 fois en 23 éditions, font évidemment figure de favorites de cette CAN 2018, même si les Tunisiennes ont déjà réussi à contester leur suprématie, lors de la CAN 2014 notamment.

La Tunisie évoluera dans le groupe A avec les Camerounaises, les Ivoiriennes, les Sénégalaises et les Algériennes. Bref, des adversaires pas forcément simples à battre, d’autant que la sélection tunisienne a été renouvelée, ces dernières années.

Le groupe B de l’Angola s’annonce encore plus relevé. Les « Palancas Negras » affronteront les Guinéennes, avant de défier les Marocaines, les Congolaises de RDC, puis celles du Congo-B.

Les deux Congo ambitieux

Les deux Congo peuvent légitimement nourrir des ambitions, les Kinoises et les Brazzavilloises ayant régulièrement fini sur le podium ces dernières années. Surtout les locales, qui ont dominé la discipline avant les Angolaises, durant les années 1980.

Pour briller à domicile, les autorités congolaises n’ont pas lésiné sur les moyens. Elles ont embauché le Français Thierry Vincent comme sélectionneur et ont par exemple naturalisé des joueuses du club de Mérignac (France) comme Audrey Deroin, Audrey Nganmogne, Audrey Bruneau, Laurine Daquin. Toutefois, ce recours à des joueuses en majorité françaises ou binationales a déplu à la Fédération internationale de handball qui, selon le site web du quotidien L'Equipe, a décidé de sévir. A deux jours du début de la CAN, l'instinace a dressé une liste de 27 joueuses interdites de jouer la compétition, dont Audrey Bruneau, Audrey Deroin et Laurine Daquin... Au total, L'Equipe indique que cinq nations se voient privées de joueuses : la Côte d'Ivoire (trois joueuses), la Guinée (huit joueuses), le Congo-Brazzaville (cinq joueuses), le Maroc (quatre joueuses) et le Sénégal (sept joueuses).

Le Congo a vécu bien des turpitudes financières ces dernières années et le sport en a pâti après la tenue de Jeux Africains 2015 fastueux à Kintélé. Le pays avait par exemple renoncé à l’organisation du Championnat d’Afrique des nations masculin de basket-ball. Un Afrobasket 2017 pourtant censé accueillir plusieurs joueurs de la prestigieuse NBA.

Un double enjeu

Le Congo a donc consenti un effort pour cette CAN 2018 de handball féminin. Il faut dire que les trois meilleures équipes du tournoi seront qualifiées pour la prochaine Coupe du monde, dans un an au Japon (30 novembre-15 décembre 2019).

Pour y parvenir, il faudra tout d’abord faire partie des quatre meilleurs (sur cinq) de chaque groupe, franchir les quarts de finale puis disputer des demi-finales prévues le 10 décembre.

Le calendrier de la CAN féminine 2018 de handball. CAHB

Chronologie et chiffres clés