rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: le président Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)
  • Attentat de Strasbourg: un proche du tueur présenté à un juge d'instruction (parquet de Paris)
  • Yémen: le cessez-le-feu entre officiellement en vigueur mardi à Hodeïda (responsable ONU)
  • France-social: la SNCF versera des primes exceptionnelles à près de 100 000 salariés (Pepy)
  • Grèce: explosion d'une bombe contre la télé privée Skaï, pas de blessés mais des dégâts matériels (police)

Sports Basket-ball Etats-Unis

Publié le • Modifié le

NBA: un nouveau défi immense pour LeBron James aux Los Angeles Lakers

media
Le basketteur américain LeBron James portant le maillot des Los Angeles Lakers, sa nouvelle franchise en NBA. Robert Hanashiro/Reuters

C’est le transfert de l’été sur la planète basketball en Amérique du Nord. LeBron James, superstar de la NBA, a de nouveau quitté les Cleveland Cavaliers pour rejoindre les Los Angeles Lakers. L’ailier arrive comme le Messie au sein d’une franchise historique qui a grand besoin de renaître de ses cendres. Mais James l’annonce lui-même : cela prendra du temps.


La saison 2018-2019 de la NBA, le très célèbre championnat nord-américain de basket, démarre le 16 octobre. Jusqu’en juin prochain, de l’Est à l’Ouest, 30 franchises vont s’affronter dans cette 73e édition de NBA, l’un des sports majeurs outre-Atlantique avec le football américain, le baseball et le hockey sur glace.

Mais le suspense n’est-il pas déjà réduit à néant ? Qui pourra contester aux Golden State Warriors un nouveau titre de champion ? Personne, à en croire les dirigeants de toutes les franchises. Sondés par la NBA, les managers généraux n’ont pas de doute : 87% d’entre eux parient sur Golden State. L’an dernier, ils étaient 93% à voir les Warriors champions, et ils ne s’étaient pas trompés.

Cette fois encore, ils misent sur Stephen Curry et les siens, en lice pour réaliser un « three peat », c’est-à-dire l’exploit de remporter trois titres de champions NBA consécutifs après ceux de 2017 et 2018. Un exploit inédit depuis les Los Angeles Lakers de 2000, 2001 et 2002.

James chamboule encore la NBA et passe enfin à l'Ouest

Et du côté des Lakers alors, justement, quoi de neuf ? Du lourd. Du très lourd même. Du genre 2,03m, 113 kilos, deux titres olympiques, trois titres NBA, quadruple MVP (Most Valuable Player) en saison et triple MVP en finales, plus de 31.000 points… Bref, un monstre. Cet été, LeBron James a rejoint la prestigieuse franchise californienne.

The King has arrived 👑 #LakeShow + @kingjames

Une publication partagée par Los Angeles Lakers (@lakers) le

Début juillet, « King James » a opéré à un nouveau grand changement dans sa carrière. Il a a refusé d’activer sa dernière année de contrat avec les Cleveland Cavaliers, son équipe de cœur, pour devenir « free agent ». En d’autres termes : James était libre de s’engager où il le souhaitait. Et ce sont les Lakers qui ont hérité du gros lot, avec de nouvelles sommes trébuchantes. « LJB », qui aura 34 ans en fin d’année, a paraphé un contrat de quatre ans à 154 millions de dollars…

Ce n’est pas la première fois que le basketteur renverse la table ainsi. En 2010, las de ne rien gagner avec Cleveland, James quittait une première fois le nid, direction la Floride et le Miami Heat où, au sein d’une franchise de stars, il a fini par triompher enfin en NBA (2012 et 2013). Puis, l’Américain est retourné chez les Cavaliers en Ohio, où il a accompli son rêve en remportant le titre en 2016. Cette année, c’est un nouveau défi monumental qui s’ouvre devant lui.

Première nouveauté : avec les Lakers, il quitte la conférence Est pour celle de l’Ouest, bien plus relevée déjà avec des poids lourds comme les Houston Rockets, le Utah Jazz, l’Oklahoma City Thunder, et bien sûr les Golden State Warriors. Cela promet une pléiade d’affrontements prometteurs avec Donovan Mitchell, Kevin Durant, Stephen Curry, James Harden, Chris Paul...

Les Lakers vont devoir être patients avant d'espérer tutoyer les sommets à nouveau

Dans l'histoire du sport américain, les Los Angeles Lakers, avec leurs 16 titres NBA et leurs glorieux joueurs du passé tels que Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar, Magic Johnson ou encore Shaquille O'Neal, occupent une place immense. Mais depuis quelques années, cette étoile a largement perdu de sa superbe. Les Lakers ne jouent plus le titre depuis plus de sept ans. L’immense Kobe Bryant, rattrapé par les blessures, a progressivement disparu jusqu’à sa retraite en 2016. Résultat : sans son leader, Los Angeles a vu ses résultats chuter. Ls Lakers n’ont plus joué les play-offs depuis 2013…

Season 16 starts NOW!

Une publication partagée par NBA (@nba) le

LeBron James, considéré comme l’égal des plus grands, voire le plus grand – le débat pour déterminer qui est le meilleur joueur de l’histoire entre lui, Wilt Chamberlain et Michael Jordan est éternel –, arrive donc dans la cité des Anges pour redonner aux Lakers leur éclat passé. Mais il a déjà prévenu tout le monde en conférence de presse : les Californiens ne vont pas retrouver les sommets en un clin d’œil. L’espoir de voir les Lakers bousculer les intouchables Warriors est quasi nul de son propre aveu. « Nous partons de zéro », rappelle-t-il, et « nous devons uniquement nous focaliser sur ce qu’on peut faire mieux jour après jour, et un jour espérons-le, on pourra se retrouver en position de concurrencer Golden State pour le tire. »

« Nous sommes une nouvelle équipe qui essaie juste de s’améliorer », insiste LeBron James, qui portera encore le n°23 à LA. Magic Johnson, président des opérations basket chez les Lakers, en est bien conscient aussi. Un seul joueur, aussi exceptionnel soit-il, ne suffira pas à remettre la franchise au top dans cette conférence Ouest. Cette saison 2018-2019 doit être celle de la transition. Une qualification pour les play-offs serait déjà satisfaisante. Après LeBron James cet été, Magic Johnson a promis une autre star dans un an. Et là, si tout va bien, les Los Angeles Lakers à l’ambition dévorante seront proches de faire leur retour.

Chronologie et chiffres clés