rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Corées: des réunions de familles séparées par la guerre prévues en août
  • La Grèce «tourne une page» après l'accord de la zone euro sur la dette (gouvernement grec)
  • Politique française: pour Benoît Hamon (Générations), «le macronisme est une forme de racisme social» (Franceinfo)
  • Migrations: Benjamin Griveaux craint que l'Union européenne «se délite définitivement» faute de «projet commun» (Radio Classique)
  • Grève SNCF: Philippe Martinez (CGT) invite le Premier ministre Edouard Philippe à un «débat télévisé» sur le service public ferroviaire

Sports Basket-ball Etats-Unis Donald Trump

Publié le • Modifié le

NBA: les Warriors, encore champions et toujours indésirables auprès de Trump

media
Les Golden State Warriors conservent leur titre de champions NBA en battant les Cleveland Cavaliers pour la 2e année consécutive. Kyle Terada/Reuters

Les Golden State Warriors ont remporté leur second titre NBA de rang en battant les Cleveland Cavaliers d'un LeBron James blessé en finale. Une victoire totale pour Stephen Curry, Kevin Durant et leurs coéquipiers, mais qu'ils ne fêteront pas à la Maison Blanche. Entre le président Donald Trump et de nombreux sportifs américains, c'est toujours la guerre.


Onze ans. Onze ans que la NBA n'avait plus connu de « sweep » en finale, c'est-à-dire un sacre sans appel sur le score de quatre victoires à zéro. La dernière fois, c'était en 2007, quand les San Antonio Spurs de Tony Parker avaient laminé les Cleveland Cavaliers de LeBron James. Ce dernier, superstar mondiale aux statistiques monstrueuses, a de nouveau vécu ce cauchemar. Vendredi 8 juin, sa franchise de l'Ohio a été balayée par les Golden State Warriors, vainqueurs du quatrième match de la finale (108-85) et donc de nouveau sacrés champions NBA.

Les Warriors trop forts, les Cavaliers trop égarés

Rien n'a fonctionné pour Cleveland dans cette finale. En face, les maîtres à jouer des Warriors Stephen Curry et Kevin Durant étaient en feu. Ce dernier a d'ailleurs réédité sa performance de l'année dernière en étant de nouveau élu MVP (Most Valuable Player, meilleur joueur) de ces NBA Finals. Dominés 4-1 en 2017, les Cavaliers n'ont rien pu faire cette année non plus, encaissant ce terrible 4-0.

Tout avait mal débuté avec cette défaite inaugurale rocambolesque à l'Oracle Arena d'Oakland, la salle des Warriors. Il ne reste que quatre secondes dans le temps réglementaire et le score est de 107-107. Les Cavaliers ont le ballon et peuvent arracher la victoire avant le buzzer. Mais JR Smith, à qui la balle est transmise, croit que son équipe mène. Devant ses partenaires médusés, LeBron James en tête, l'arrière temporise au lieu de shooter. Résultat: le match va en prolongation et les Warriors, qui n'en demandaient pas tant, s'imposent finalement (124-114).

LeBron James impuissant et blessé

Cleveland n'a rien pu faire pour enrayer ce mauvais départ. Gloden State était trop fort et LeBron James, tout-puissant soit-il, n'a pu renverser la situation. Pour lui, cela fait cinq défaites pour seulement trois victoires en finale NBA. Loin du sans-faute de Michael Jordan (six bagues de champion en six finales avec les fameux Chicago Bulls), auquel il est souvent comparé.

Après le dernier revers de vendredi, « King James », 33 ans, a laissé planer le doute sur son avenir avec les Cavaliers. Il a aussi révélé qu'il jouait avec la main droite fracturée depuis la fin du premier match perdu. James a confié: « J'ai laissé mes émotions prendre le dessus. » Dans la presse américaine, il se dit que le n°23 se serait blessé en frappant de rage dans un tableau...

LeBron James, la star des Cleveland Cavaliers, n'a rien pu faire pour empêcher la défaite des siens face aux Golden State Warriors. Kyle Terada/Reuters

Trump ne veut toujours pas recevoir les vainqueurs

Avec six titres NBA (1947, 1956, 1978, 2015, 2017 et 2018, les Golden State Warriors deviennent la troisième franchise la plus titrée de l'histoire du basket américain, à égalité avec les Chicago Bulls. Ils restent toutefois à bonne distance des Boston Celtics et des Loas Angeles Lakers, respectivement sacrés 17 et 16 fois. Ce sixième sacre, ils ne le fêteront pas à Washington.

Encore une fois, Donald Trump n'accueillera pas les champions NBA à la Maison Blanche, comme la coutume le veut pourtant. Depuis 2016, le 45e président des Etats-Unis s'oppose vivement aux basketteurs et aux footballeurs de son pays. Beaucoup d'entre eux dénoncent les violences policières à l'égard des Afro-Américains, en boycottant l'hymne américain en posant un genou à terre. Estimant ce geste antipatriotique, Trump fustige ces sportifs et les a déjà qualifiés de « fils de p... ». Les basketteurs afro-américains ne sont pas épargnés par les critiques du successeur de Barack Obama.

My Brother! United as One! @e_reid35

Une publication partagée par colin kaepernick (@kaepernick7) le

"Personne ne veut de l'invitation de toute façon"

Avant même le résultat de la finale entre Golden State et Cleveland, Donald Trump a annoncé le 8 juin qu' « aucune des deux équipes » ne serait invitée, à l'image des Philadelphia Eagles; ces derniers, vainqueurs du Super Bowl (le champion de football américain), n'ont pas été conviés parce que certains joueurs adoptent le geste du genou à terre et parce qu'une partie de l'équipe ne comptait pas répondre à l'invitation initialement lancée par le président.

La fracture est toujours très prononcée entre Donald Trump et les stars du sport aux Etats-Unis. En septembre dernier, LeBron James avait soutenu Stephen Curry (invité avec ses coéquipiers des Warriors pour leur titre avant que l'invitation soit annulée) et avait lancé au président: « Se rendre à la Maison Blanche était un grand honneur avant que (vous) y arriviez. » En début de semaine, James, approuvé par Curry, avait encore déclaré: « Peu importe celui qui gagne, personne ne veut de l'invitation de toute façon. »

Chronologie et chiffres clés