rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Viaduc effondré à Gênes en Italie: il y a trois Français parmi les personnes décédées, indique le Quai d'Orsay
  • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 39 morts confirmés (officiel)
  • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
  • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
  • Israël rouvre un passage vital vers la bande de Gaza après des semaines de tensions (officiel)

Cyclisme Sports Oman

Publié le • Modifié le

Du vélo à Oman pour continuer à promouvoir le pays

media
Le peloton du Tour d'Oman en 2017. Photo: Mascate municipalité

Le Tour cycliste d’Oman s’élance ce mardi 13 février pour 6 étapes à travers le Sultanat. Le Britannique Mark Cavendish, l’Italien Vincenzo Nibali, le Norvégien Alexander Kristoff, le Français Nacer Bouhanni ou encore le Belge Greg Van Avermaet prendront part à la  9e édition. Une stratégie marketing pour Oman qui fait sa publicité touristique à travers les images de la course.  


Depuis Oman,

Le Qatar avait initié l’aventure en 2002. A la surprise générale, un pays du golfe Persique voulait une course de vélo sur son sol. L’idée a fini aussi par germer chez les voisins et quelques jours après le Tour de Dubaï, remporté par l’italien Elia Viviani, c’est au tour du sultanat d’Oman de recevoir les coureurs. Depuis 2010, Oman organise son Tour cycliste en faisant appel à Amaury sport organisation, spécialiste de la question, qui a comme évènement majeur le Tour de France.

Le foot plutôt que le vélo

« Dans la tradition omanaise, le vélo, c’est un cadeau pour les enfants, rien de plus »,  explique un représentant de la municipalité de Mascate, la capitale. Ici, on préfère de loin regarder la Ligue des champions et commenter les exploits de Lionel Messi ou de Cristiano Ronaldo.

Mais la perspective d’être vu à la télévision sur les cinq continents a poussé le sultanat d’Oman à investir dans une course cycliste de haut niveau, avec cette année un vainqueur des trois Grands Tours (France, Italie et Espagne) en la personne de Vincenzo Nibali et du champion olympique sur route de Rio 2016, Greg Van Avermaet.

Le tracé de l’épreuve qui explore le littoral de la mer d’Oman sur la façade nord du pays autour de la capitale Mascate donne lieu à des images de carte postale. Le peloton, composé de 27 nationalités, a aussi pris l’habitude de se hisser sur les flancs de Jabal Al Akhdar, qui domine la partie centrale de la chaîne des monts Hajar.

Ce qui a certainement plu par exemple à des touristes norvégiens, qui ne venaient jamais avant, et qui profitent désormais de ce temps clément pour se promener sur la corniche de Matrah, ou dans les villages de la « Montagne verte », où l’on cultive par tradition des rosiers et des arbres fruitiers. Sans compter la visite de la Grande Mosquée du Sultan Qaboos, située à l'ouest de Mascate.

Plus de 180 pays ont acheté les droits pour diffuser des images de la course, une très belle vitrine pour le tourisme d’un pays réputé neutre, qui partage sa frontière avec le Yemen, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Du soleil pour continuer la préparation

« Ici il y a du soleil et des étapes intéressantes. C’est très bien pour terminer sa préparation avant d’attaquer les classiques », raconte Greg Van Avermaet. Le vainqueur de Paris-Roubaix 2017 estime que c’est la course la plus difficile dans les pays du golfe. « Abu Dhabi et Dubaï, ce n’est vraiment que pour les sprinteurs », ajoute-t-il.

Le Norvégien Alexander Kristoff, qui a participé à toutes les éditions avoue qu’il a vécu une « belle expérience » avec cette course. « J’ai de beaux souvenirs ici et j’espère que je vais gagner une étape pour bien débuter ma saison. J’apprécie d’être ici dans des paysages fabuleux. Avec Dubaï et Abu Dhabi, ça me fait l’équivalent d’un Grand Tour au Moyen-Orient. Le but principal est d’améliorer ma condition en vue des Classiques », avance le vainqueur de Milan-San Remo 2014 qui en profite autant que les 5 millions de visiteurs annuel.

Les 126 coureurs qui composent le peloton du Tour d’Oman sont « certains d’avoir du beau temps »  précise Alain Gallopin, directeur sportif de l’équipe Trek-Segafredo.

Et c’est désormais une petite révolution, puisque la municipalité de Mascate a le désir de voir la jeunesse d’Oman monter aussi sur des vélos. Un programme de développement de la discipline est en cours dans les écoles et on pense à créer des pistes cyclables. Histoire de ne pas laisser au foot l'hégémonie du sport à Oman...

 

Chronologie et chiffres clés