rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Procès Lionnet: Sabrina Kouider et Ouissem Medouni reconnus coupables du meurtre de leur fille au pair
  • Le missile qui a détruit le vol MH17 au dessus de l'Ukraine provenait d'une unité militaire russe, indiquent les enquêteurs
  • La firme Volkswagen dénonce le protectionnisme américain après les menaces de taxes douanières
  • Dette SNCF: «entre 30 et 35 milliards d'euros» repris par l'Etat, selon le député rapporteur
  • Syrie: douze combattants prorégime ont été tués lors d'une frappe de la coalition internationale (OSDH)
  • France: «La question du maintien de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF n'est pas posée» (Griveaux)
  • Economie: Deutsche Bank supprime plus de 7000 postes et coupe dans sa banque d'investissements
  • Israël dévoile un plan pour la construction de 2500 logements en Cisjordanie

JO 2018 Sports Maroc Togo Madagascar

Publié le • Modifié le

Huit pays africains en lice aux Jeux olympiques d’hiver 2018

media
Les Nigérianes Seun Adigun, Ngozi Onwumere and Akuoma Omeoga avant les JO d'hiver 2018. REUTERS/Afolabi Sotunde

L’Afrique du Sud, l’Erythrée, le Ghana, le Kenya, Madagascar, le Maroc, le Nigeria et le Togo ont envoyé au moins un(e) athlète aux Jeux olympiques d’hiver 2018 (9 au 25 février à Pyeongchang). Au total, douze athlètes représenteront le continent en Corée du Sud.


A Pyeongchang, un nombre record de pays africains (huit) va donc prendre part aux 23e Jeux olympiques d’hiver. En comparaison, ils/elles étaient cinq représentant(e)s de l’Afrique venu(e)s de trois Etats (Maroc, Togo, Zimbabwe), à Sotchi (Russie) en 2014.

C’est donc même mieux qu’en 2010, à Vancouver (Canada), où sept Africain(e)s défendant les couleurs de six nations avaient concouru, et qu’à Turin en 2006 (neuf issus de six pays). Mais ce n'est pas encore le record d'engagé(e)s africain(e)s des Jeux de 1992, à Albertville.

Une première pour l’Erythrée et le Nigeria

Ces JO 2018 seront une grande première pour l’Erythrée et le Nigeria. Le skieur canadien d’origine érythréenne Shannon-Ogbani Abeda tentera de briller.

De son côté, la délégation nigériane comptera trois membres grâce à l’équipe de bobsleigh-skeleton – deux sports ultra-rapides de luge – formée de Akuoma Omeoga, Moriam Seun Adigun et Simidele Adeagbo. Ces dernières qualifiées pour les Jeux de Pyeongchang ont déjà fait les titres de la presse mondiale.

Pour le Ghana, ce sera une deuxième apparition après 2010. Son champion, Akwasi Frimpong, qui a grandi aux Pays-Bas et s’est essayé à l’athlétisme, a créé lui-même la Fédération ghanéenne de bobsleigh et skeleton. Il rêve désormais de devenir le premier Africain médaillé dans l’histoire des JO hivernaux.

Une Malgache âgée de 16 ans

Pour le Togo et Alessia Dipol, sa globetrotteuse (italienne de naissance, elle a aussi skié pour l’Inde), ce seront les deuxièmes Jeux d’affilée. La porte-drapeau en 2014, Mathilde-Amivi Petitjean, sera aussi encore présente.

A 16 ans, Mialitiana Clerc s’apprête, elle, à découvrir la fête olympique, quelques mois après avoir décidé de représenter l’île où elle est née, Madagascar. « Il faut profiter, poursuivre ses rêves et essayer de les réaliser surtout, se battre parce que c’est très important, glisse-t-elle à l’adresse d’autres sportifs d’origine africaine, au micro de Christophe Diremszian, envoyé spécial de RFI à Pyeongchang. Comme ça, ça incitera les autres athlètes à poursuivre leurs rêves et à se dire qu’il y a toujours d’autres options pour continuer à vivre sa passion ».

L’Afrique du Sud et le Maroc, des habitués

L’Afrique du Sud, le Maroc et, dans une moindre mesure, le Kenya, sont davantage des habitués des Jeux d’hiver. La délégation marocaine compte deux membres dont le vétéran Samir Azzimani, âgé de 40 ans, aligné en ski de fond.

Chronologie et chiffres clés