rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cyclisme Espagne Sports

Publié le • Modifié le

Cyclisme: un sacre marquant pour Froome sur le Tour d’Espagne 2017

media
Le Britannique Christopher Froome lors du Tour d'Espagne 2017. JOSE JORDAN / AFP

Christopher Froome a remporté le Tour d’Espagne (Vuelta), ce 10 septembre 2017 à Madrid. A 32 ans, le Britannique rentre dans la légende du cyclisme. Il devient le troisième coureur après les Français Jacques Anquetil (1963) et Bernard Hinault (1978) à remporter le Tour de France et la Vuelta, la même année.


Après avoir régné sur les routes du Tour de France (Grande Boucle) en 2013, en 2015, en 2016 et en 2017, Christopher Froome s’est enfin imposé sur celles du Tour d’Espagne (Vuelta), ce 10 septembre 2017 à Madrid.

Le Britannique, si dominateur sur la Grande Boucle, avait fini 2e de la Vuelta en 2011, 2014 et 2016. Le voilà désormais auréolé sur l’un des deux autres grands tours cyclistes.

« C'est phénoménal »

Le natif de Nairobi est au passage devenu le troisième coureur de l’histoire à gagner la même année en France et en Espagne. Seuls les Français Jacques Anquetil (1963) et Bernard Hinault (1978) en avaient fait de même.

« Réussir le doublé […] à Madrid, c'est quelque chose, a souligné le leader de l’équipe Sky, à la veille de la dernière étape gagnée par l'Italien Matteo Trentin (équipe Quick-Step Floors). C'est phénoménal. Je rêvais d'être dans cette position, d'écrire l'histoire, d'être le premier coureur britannique à remporter la Vuelta, le premier coureur à gagner le Tour et ensuite la Vuelta. Cela scelle ma place dans l'histoire de ce sport ».

Une domination écrasante…

La victoire de Christopher Froome sur le Tour d’Espagne 2017 n’est pas une surprise. Le Britannique s’est emparé du maillot rouge de leader au classement général dès la 3e étape. Cette domination résulte, selon l’intéressé, d’une préparation plus adaptée que par le passé.

« La Vuelta est davantage un défi physique que le Tour au vu du nombre d'arrivées au sommet, des tactiques agressives, des conditions de course avec des journées à plus de 40°C, d'autres sous la pluie et 10°C, des jours de fort vent... C'est vraiment rude ».

…et une polémique

L’Italien Vincenzo Nibali, deuxième au classement général, et le reste de la concurrence n’ont pu que constater les dégâts.

Christopher Froome n’a toutefois pas échappé aux habituelles suspicions. Une vidéo le montrant en train d’avancer sans pédaler, après la 12e étape, a relancé la polémique sur l’existence d’un moteur caché dans son vélo… Une polémique que le « Kényan blanc » a préféré ignorer.