rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le référendum au Kurdistan irakien va «augmenter l'instabilité», selon Washington
  • Le Conseil de sécurité de l'ONU discutera jeudi de la Birmanie (diplomates)

Sports Football Italie

Publié le • Modifié le

L’AC Milan fait sa révolution à coups de millions d’euros

media
Leonardo Bonucci, ici avec l'équipe nationale d'Italie, est le nouveau défenseur de l'AC Milan. Il a été acheté à prix d'or à la Juventus. VINCENZO PINTO / AFP

Boosté par ses nouveaux propriétaires chinois, le club milanais réalise un mercato de folie afin de retrouver les sommets. Les Rossoneri ont déjà dépensé plus de 200 millions d’euros pour renforcer leur effectif. L'AC Milan entre dans une nouvelle ère où l'échec sera plus que jamais intolérable au vu des sommes investies.


L’été 2017 restera dans les annales en Italie, terre de football. Ce qui se passe depuis quelques semaines du côté de la Lombardie est du jamais-vu. L’AC Milan se montre très actif sur le marché des transferts en vue de la saison 2017-2018. Et c’est très impressionnant.

Les successeurs de Berlusconi veulent redorer le blason

Retour en arrière, à l’été 2016 précisément : enfin, la vente du club se précise, après des années de rumeurs plus ou moins sérieuses. La piste un peu fantasque menant à l’homme d’affaires thaïlandais Bee Taechaubol a été abandonnée. Fininvest, la holding de Silvio Berlusconi qui dirigeait l’AC Milan depuis 1986, annonce que le club sera vendu à Rossoneri Sport Investment Lux, un consortium d’hommes d’affaires chinois.

L’affaire est conclue le 13 avril 2017 : pour 740 millions d’euros, le club lombard change de mains. Yonghong Li est le nouveau président. Il prend en charge la destinée de l’AC Milan, y compris son endettement de 220 millions d’euros. Dans un communiqué, Li promet de « procéder à des augmentations de capital significatives » et d’ « injecter des liquidités » pour remettre le club parmi les meilleurs d’Europe. Trois mois après, force est de constater qu’il ne s’agissait pas de paroles en l’air…

Un recrutement pharaonique pour effacer les années noires

Depuis 2011, l’AC Milan a fortement régressé. Le mastodonte (7 Ligues des champions et 18 Championnats notamment) a traversé une grosse crise financière – comme beaucoup de clubs transalpins – et sportive. Faute de moyens, les Rossoneri n’ont pu attirer les meilleurs joueurs comme ils savaient si bien le faire. Les cadres ont tour à tour tiré leur révérence (Pirlo, Nesta, Inzaghi, Zambrotta, Gattuso, Seedorf, Van Bommel…). D’autres ont été vendus pour renflouer les caisses (Ibrahimovic, Thiago Silva, Boateng). Résultat : aucun titre en six saisons. Et pendant ce temps, la Juventus, sans rival, a écrasé la Serie A.

L’arrivée des nouveaux propriétaires chinois va peut-être bien tout changer. En tout cas, le contraste côté mercato est saisissant. Le club ne plaisante pas : une dizaine de joueurs ont été achetés depuis le mois de mai. Et il y a de tout : des talents à fort potentiel (l’Ivoirien Franck Kessié, le Portugais André Silva, le Turc Hakan Calhanoglu…) et des joueurs confirmés (les Argentins Mateo Musaccho et Lucas Biglia, le Suisse Ricardo Rodriguez, l’Italien Andrea Conti…). Même le gardien prodige Gianluigi Donnarumma (18 ans) a finalement prolongé malgré des offres mirobolantes ailleurs.

Bonucci est arrivé, le record du Real proche de tomber

Le plus gros coup du Milan date du 14 juillet : les Rossoneri ont réussi à arracher Leonardo Bonucci, l’un des meilleurs défenseurs du monde, à la Juve. Le club a cassé sa tirelire pour se l’offrir. La presse italienne parle d’une transaction à plus de 42 millions d’euros. Cela fait de Bonucci le joueur le plus cher de l’histoire du Milanello devant le Portugais Rui Costa, acheté 41 millions d’euros en 2001.

C’est d’ailleurs le signe le plus frappant du changement d’ère du Milan. Jamais le club n’avait autant dépensé. Au 17 juillet 2017, les dirigeants ont déjà investi plus de 215 millions d’euros* ! C’est la première fois qu’un club italien dépasse la barre symbolique des 200 millions d’euros dépensés. Seul le Real Madrid a déjà fait mieux. C’était en 2009, quand les Merengue déboursèrent 257 millions d’euros pour Cristiano Ronaldo, Kaka, Xabi Alonso, Karim Benzema… Mais le record madrilène va peut-être tomber.

Ce 17 juillet, le quotidien italien La Gazzetta dello Sport annonce que l’AC Milan est tout proche d’un accord avec le Real Madrid pour le transfert d’Alvaro Morata. L’attaquant espagnol coûterait environ 70 millions d’euros. L’appétit et le compte en banque milanais semblent sans limite. L’espoir renaît dans les rangs des supporters rossoneri après ces dernières années frustrantes. La saison 2017-2018 du Milan sera très suivie. C’est peut-être celle de la résurrection d’un club mythique. Mais attention : avec de tels investissements, le droit à l’erreur sera quasi nul.

* Franck Kessié est recruté sous la forme d’un prêt payant pour deux saisons (8 millions d’euros) qui seront suivies d’un achat automatique en 2019 (20 millions d’euros).