rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Kenya: au moins quatre personnes tuées dans un bidonville de Nairobi (police)
  • Inde: malgré le brouillard de pollution, le semi-marathon de Delhi a bien eu lieu
  • Zimbabwe: la ligue des jeunes de la Zanu-PF appelle Robert Mugabe à démissionner

Sports Tennis Espagne Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Tennis: Garbine Muguruza, la nouvelle reine de Wimbledon

media
L'Espagnole Garbine Muguruza savoure sa victoire en finale de Wimbledon 2017 face à l'Américaine Venus Williams. MATTHEW CHILDS / REUTERS

La tenniswoman espagnole a remporté ce samedi le célèbre tournoi britannique en domptant son aînée Venus Williams en deux sets (7-5, 6-0). Deux ans après une première finale perdue face à Serena, l’autre Williams, Garbine Muguruza inscrit son nom dans l’histoire de Wimbledon. Son retour au premier plan est triomphal.


La finale du tournoi de Wimbledon 2017 ce samedi 15 juillet devait sacrer une belle championne. Jugez plutôt : d’un côté, il y avait l’inoxydable Venus Williams, 37 ans, cinq fois titrée ici. De l’autre, il y avait Garbine Muguruza, impressionnante dans cette quinzaine où elle n’avait pas cédé un set jusqu’à ce grand rendez-vous. Et c’est du côté de la jeune Espagnole de 23 ans que cette finale a basculé, encore en deux sets (7-5, 6-0).

La vétérane Williams a été vaillante

Venus Williams, arrivée à Londres « anéantie » selon ses propres mots par un accident de la route qui a coûté la vie à un homme début juin – la police a annoncé que l’Américaine était hors de cause et qu’elle conduisait « en toute légalité » –, avait l’occasion d’entrer dans la légende en devenant la joueuse la plus âgée, dans l’ère professionnelle, à remporter un tournoi du Grand Chelem.

Cinq fois titrée à Wimbledon, l’increvable Williams pouvait aussi poursuivre la dynastie familiale, sa petite sœur Serena – absente cette année car enceinte – ayant gagné ici à sept reprises, dont l’édition 2016. L’aînée se voyait bien lui succéder.

Le rêve a duré une cinquantaine de minutes sur le court central. Le temps du premier set en fait. Face à elle, Venus Williams a trouvé une Garbine Muguruza accrocheuse. Et cela s’est ressenti dans les échanges entre les deux femmes. La première manche a été très serrée. Williams a bien failli l’emporter, mais l’Américaine n’a pu convertir ses deux balles de set. Et après avoir tenu bon au moment crucial contre elle, Muguruza s’est montrée réaliste en ne laissant pas passer ses deux occasions de remporter le premier set.

Muguruza était trop forte

Dès lors, la finale était pliée. Portée par le gain de la première manche, Garbine Muguruza a écrasé Venus Williams dans un deuxième set à sens unique. Le score fait mal : 6-0, une « roue de vélo » comme on dit dans le jargon tennistique, en 26 minutes chrono. La doyenne n’a rien pu faire pour contrer le jeu de l’Espagnole, de 14 ans sa cadette. Son année 2017 sonne comme un joli come-back après sa finale perdue en janvier à l’Open d’Australie. Avant cela, elle n’avait plus joué de match pour le titre depuis 2009. Pour le retour de la gagne, par contre, il faudra repasser.

La grande gagnante, c’est bien Garbine Muguruza. Celle qui a remporté le tournoi de Roland-Garros 2016 n’avait pas confirmé ensuite. Pas impériale ces derniers mois au point de sortir du top 10 au classement WTA (elle était 15e mondiale début juillet), éliminée de Roland-Garros 2017 dès les huitièmes de finale, la tenniswoman vient de balayer ces doutes avec ce triomphe incontestable.

Elle n’est que la deuxième Espagnole à gagner Wimbledon ; seule Conchita Martinez y était parvenue en 1994. Muguruza, qui remontera au 5e rang mondial lundi, efface aussi le souvenir de la finale de Wimbledon 2015 perdue face à Serena Williams. Ce samedi, c’était la grande sœur en face. Le goût de la victoire n’en n’est pas moins savoureux pour celle qui compte désormais deux titres du Grand Chelem.

Chronologie et chiffres clés