rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le référendum au Kurdistan irakien va «augmenter l'instabilité», selon Washington
  • Le Conseil de sécurité de l'ONU discutera jeudi de la Birmanie (diplomates)
  • Le Brésil annule un permis d'exploitation minière d'une réserve d'Amazonie (officiel)

Sports France

Publié le • Modifié le

JO 2024: l'opération séduction de Paris envers le CIO

media
Emmanuel Macron forme une tour Eiffel avec ses mains, symbole de la capitale française, lors d'une réunion avec Patrick Baumann (à gauche), président de la commission d'évaluation des Jeux olympiques 2024, le 16 mai 2017 à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le nouveau président de la République française Emmanuel Macron a apporté mardi 16 mai un soutien de poids à la candidature de Paris pour l'organisation des Jeux olympiques 2024, en recevant la commission d'évaluation du Comité internationale olympique (CIO), qui a passé trois jours à Paris. La commission d'évaluation a quitté Paris en distribuant à la candidature française autant de louanges qu'elle l'avait fait la semaine dernière à celle de Los Angeles.


La Ville Lumière est-elle sur de bons rails pour accueillir le monde du sport en 2024 ? Après trois journées à arpenter la capitale française, les membres du Comité international olympique ne répondront pas à la question.

Politiques et sportifs français derrière Paris 2024

Mais du côté du comité d’organisation comme des politiques français, l’ambiance est au beau fixe. Même le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a participé à l’entreprise de séduction de Paris 2024. Il a reçu ce mardi la Commission d'évaluation du CIO et a annoncé qu’il serait présent à Lausanne les 11 et 12 juillet pour un grand oral face aux membres du CIO et aux présidents des fédérations internationales. La commission d’évaluation n'avait pas rencontré le président américain Donald Trump lors de sa visite de trois jours à Los Angeles, la semaine dernière.

« Il y a une unité jusqu'au plus haut niveau de l'Etat », avance Bernard Lapasset, co-président du comité de candidature Paris 2024. Emmanuel Macron devrait être aussi présent à Lima en septembre prochain lors de la désignation finale.

Patrick Baumann, président de la commission d'évaluation des Jeux olympiques 2024, salue « l’expertise » du comité de candidature de Paris 2024, et loue les discussions « ouvertes » et « franches » durant ces trois journées. Il précise que Paris possède un projet solide avec des sites remarquables. « Un mariage profond entre la culture, l’histoire et le sport », dit-il.

« Ces deux villes peuvent organiser les Jeux »

Sauf qu’il est difficile de s’enthousiasmer devant de tels propos après ses déclarations dithyrambiques concernant la candidature américaine : « Los Angeles était déjà une super ville olympique, mais après ces trois jours, nous réalisons maintenant que c’est un euphémisme. » Reste que Patrick Baumann avouera en conférence de presse : « Nous sommes dans une situation extraordinaire avec deux villes de haut niveau. » Il ajoute : « Ces deux villes peuvent organiser les Jeux. Elles ont une vision différente et ce sera la clef dans le choix des votants. »

La candidature de Paris est avant tout axée sur l’héritage des Jeux en termes d’infrastructures. Le village olympique, construit à Saint-Denis dans le département le plus pauvre de la région parisienne, sera nécessaire pour le logement. D’autre part, la piscine olympique verra aussi le jour en Seine-Saint-Denis. « Nous en avons vraiment besoin pour les enfants qui n’ont pour le moment aucun équipement à proximité », précise Tony Estanguet, co-président du Comité de candidature Paris 2024.

« Tout est là ! », avait salué lundi les experts du CIO à l'issue de la visite des sites qui accueilleraient les JO 2024. Stade de France, Roland-Garros, Château de Versailles ou Grand Palais : la commission d'évaluation du CIO a pu toucher du doigt le concept de Jeux « compacts », défendu par la France pour transformer sa capitale en un « parc olympique » à l'échelle de la ville.

L’engagement de toute une nation autour du projet

« Le CIO retient la grande diversité de ce que l’on propose », avance Bernard Lapasset qui pense que ces trois journées ont donné un signal fort au CIO. « Il fallait montrer la puissance de Paris 2024 et l’engagement de toute une nation autour de ce projet », conclut Tony Estanguet.

« Le mariage entre Paris et les Jeux est absolument évident », a estimé Patrick Baumann, avant de terminer sa mission. « Les promoteurs du dossier ont répondu à toutes nos questions, toutes nos remarques, comme d'ailleurs à Los Angeles la semaine dernière. » Une manière de renvoyer dos à dos deux projets forts et réalisables. 

Chronologie et chiffres clés