rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Football Ligue 1 Sports

Publié le • Modifié le

Ligue 1: les joueurs lyonnais agressés à Bastia

media
Les incidents graves du match Bastia-Lyon, qui ont entraîné l'arrêt du match après l'agression de plusieurs joueurs lyonnais. AFP

La rencontre entre Bastia et Lyon a tourné au fiasco dimanche 16 avril en fin de journée. Des échauffourées brèves mais violentes ont eu lieu avant le début de la rencontre et le coup de sifflet a été donné avec plus de cinquante minutes de retard. A la pause, de nouveaux incidents sont intervenus et le match a été interrompu.


A Bastia, ce sont des supporters corses qui ont envahi la pelouse. Une cinquantaine d'entre eux, provenant de la tribune occupée par le groupe de supporters Bastia 1905, ont interrompu l'échauffement des Lyonnais en les prenant brièvement mais violemment à partie.

La LFP condamne ces actes

Au retour aux vestiaires, une altercation a éclaté entre le gardien lyonnais Anthony Lopes et le secrétaire général de Bastia, Anthony Agostini. Elle a rapidement dégénéré en de nouvelles échauffourées qui ont duré moins d'une minute.

Le match a ensuite été officiellement arrêté par la Ligue de football professionnel (LFP), interruption définitive prise « conformément aux instructions émises par le directeur départemental de la sécurité publique, représentant le préfet de Haute-Corse, lors de la réunion de crise avant le début de la rencontre », selon un communiqué de l'instance qui a « condamné avec la plus grande fermeté » ces incidents.

Les joueurs lyonnais se sont engouffrés dans leur bus pour tenter de quitter précipitamment le stade Armand-Cesari, avant d'en redescendre. Les joueurs et les dirigeants de l'Olympique Lyonnais ont finalement quitté vers 20h00 le stade. Il a fallu l'intervention des gardes mobiles, qui ont dispersé une centaine de supporteurs massés devant les grilles à l'aide de gaz lacrymogènes. Les joueurs de l'OL ont décollé après 22h00 dans un avion privé.

La semaine est décidément très agitée pour les Lyonnais qui avaient déjà débuté leur quart de finale aller d'Europa League avec 45 minutes de retard jeudi dernier face à Besiktas, la faute à l'envahissement du terrain par des supporteurs lyonnais voulant se mettre à l'abri de jets de pétards et de projectiles lancés par leurs homologues turcs.

Un contexte malsain

Une enquête en flagrance pour « violences » a été ouverte sur ces faits, a annoncé le procureur de la République Nicolas Bessone, arrivé sur place durant la rencontre. L'enquête a été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Le contexte est explosif depuis plusieurs semaines à Bastia où des groupes de supporteurs réclament la démission des dirigeants du club lanterne rouge de Ligue 1.

Ces débordements peuvent aussi avoir pour explication les mots de l'ancien entraîneur corse, François Ciccolini, qui après un match aller tendu à Lyon avait déclaré : « Il va falloir venir chez nous. Il ne faut pas avoir la grippe quand tu vas venir à Bastia, ni la gastro car cela va se régler comme d'habitude, comme des hommes, comme des Corses ».

Ces échauffourées risquent en tout cas de coûter très cher au club en lutte pour le maintien et qui sera dès jeudi 20 avril visé par l'ouverture d'une procédure disciplinaire. Le Sporting venait tout juste d'enregistrer la réouverture de sa tribune Est qui avait été fermée pour trois journées à la suite de cris racistes proférés contre l'attaquant italien de Nice Mario Balotelli fin janvier. A cette occasion, la commission de discipline de la LFP avait infligé à Bastia le retrait d'un point avec sursis.


La réaction du club de Bastia

« Le Sporting Club de Bastia condamne fermement les incidents qui ont émaillé la rencontre de ce dimanche face à l’Olympique Lyonnais. Le club regrette que ce match comptant pour la 33ème journée n’ait pas pu aller jusqu’à son terme mais respecte la décision de la LFP et de ses officiels. Le Sporting Club de Bastia réunit, d’ores et déjà, tous les éléments nécessaires afin de prendre les mesures fortes et adéquates qui s’imposent suite à ces incidents. Et ce sans attendre la réunion de la commission de discipline de la LFP devant laquelle le club se présentera, jeudi, afin de fournir toutes les explications qui lui seront demandées », indique un communiqué du club corse publié sur leur site internet.