rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Sports Football Ligue 1

Publié le • Modifié le

Foot/L1: le PSG se balade à Marseille et s’adjuge le «Clasico»

media
Layvin Kurzawa et Lucas se congratulent après le troisième but du PSG face à Marseille le 26 février 2017. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Le Paris Saint-Germain n’a fait qu’une bouchée de l’Olympique de Marseille en s’imposant 5-1 au Stade Vélodrome ce dimanche 26 février lors de la 27e journée de Ligue 1. Après leur victoire étincelante 4 à 0 face au FC Barcelone en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, les Parisiens confirment leur excellente forme du moment et retrouvent la deuxième place du championnat à trois points de l’AS Monaco.


Après un bien terne 0-0 lors du match aller entre le PSG et l’OM au Parc des Princes en première partie de saison, les Marseillais, qui ont repris des couleurs après la trêve hivernale, espéraient certainement faire un peu mieux chez eux pour ce match retour au Stade Vélodrome. C’est pourtant bien l’OM qui a subi la loi des Parisiens en concédant sa plus lourde défaite de la saison depuis la claque 4 à 0 reçue au Stade Louis II face à Monaco en novembre dernier.

Le Vélodrome avait pourtant fait le plein, battant même son record d’affluence avec 65 252 spectateurs. Le défenseur brésilien Marquinhos a finalement douché les espoirs des supporters marseillais dès la 6e minute de jeu en ouvrant le score de la tête suite à une combinaison sur coup de pied arrêté, magistralement maîtrisée par les joueurs d’Unai Emery.

Des Marseillais léthargiques en défense

Dès lors, les joueurs de Rudi Garcia n’arriveront jamais vraiment à sortir la tête de l’eau. Edinson Cavani va alourdir la marque à peine plus de dix minutes plus tard et inscrire son 35e but de la saison en 34 matches.

Au retour des vestiaires, le remplacement de Patrice Evra, transparent en première période, n’a pas suffi à stopper l’hémorragie marseillaise. Au milieu d’une défense léthargique, Lucas est allé inscrire le troisième but du PSG à la 50e minute, suivi dix minutes plus tard par Julian Draxler idéalement placé à la réception d’un centre du Belge Thomas Meunier.

Plus lourde défaite à domicile face au PSG pour l’OM

La réduction de l’écart par Rod Fanni à la 70e minute ne sera finalement qu’anecdotique tant la domination des Parisiens sur les Marseillais a été outrageuse. Paris va même s’offrir le luxe d’inscrire un dernier but par Blaise Matuidi pour sceller la plus large défaite à domicile de l’histoire de l’OM face au PSG.

Avec ce succès, les Parisiens recollent à la deuxième place du classement à trois petits points de l’AS Monaco, et le PSG monte nettement en puissance depuis son étincelante victoire 4 à 0 face au FC Barcelone en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions. Après ces deux victoires de prestige, le Paris Saint-Germain version Unai Emery semble définitivement sur les bons rails.