rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Agriculture et Pêche Océans Faune Environnement

Publié le • Modifié le

France: échouage de centaines de dauphins morts sur le littoral atlantique

media
Des employés de l'observatoire Pelagis mesurent les dauphins morts retrouvés sur les plages de Charentes-Maritimes, le 5 février 2017. Xavier LEOTY / AFP

En France, depuis 2 ans, le nombre de cétacés qui s’échouent l’hiver sur le littoral atlantique est en hausse. D’après les comptages de l’observatoire Pelagis du CNRS plus de 700 dauphins, dont 95% de dauphins communs, se sont échoués sur les plages de Vendée et de Charentes-Maritimes depuis le début de l’année. Pour sensibiliser les politiques et les consommateurs, l’ONG Sea Shepherd France mène actuellement l’opération Dolphin Bycatch sur la façade atlantique française.


Grâce à son navire, le Sam Simon, qui patrouille dans le golfe de Gascogne, l’ONG Sea Shepherd, a pu identifier les raisons de cette hécatombe chez les dauphins.

« La raison, c’est une pêche industrielle qui n’est pas du tout sélective, donc avec des navires qui pêchent avec des filets. Chaque fileyeur peut poser jusqu'à 100 km de filets par jour, les chalutiers traînent derrière eux des filets en forme d’énormes entonnoirs qui ratissent la zone sur laquelle vivent les dauphins, donc qui prennent à la fois énormément de poissons et qui en plus capturent beaucoup de cétacés dans des proportions qui sont intenables pour l’espèce », explique Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France.

L’observatoire Pelagis, du CNRS, qui examine les dauphins morts, compte 90% de dauphins noyés dans les filets parmi les dauphins échoués. Il y a donc des décisions urgentes à prendre.

« Le plus urgent, c’est d’interdire les méthodes de pêche non sélectives, donc tout ce qui est chalutiers, fileyeurs, senneurs sur les zones sensibles et notamment les zones qui sont fréquentées par les dauphins. Mais cela implique aussi une responsabilisation des consommateurs parce que si l'on arrête cette technique de pêche, il y aura moins de poisson. La seule façon de satisfaire la demande de poisson actuelle, c’est de ratisser l’océan et de détruire l’écosystème marin », souligne Lamya Essemlali, de Sea Shepherd.

Alors si l’on veut garder un océan vivant, que l’on soit décideur politique ou consommateur, il faut non seulement prendre conscience de notre impact, mais aussi modifier rapidement les pratiques.

(Re) lire : Environnement: la surpêche précipite les océans vers un désastre écologique

Chronologie et chiffres clés