rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
  • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
  • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)
  • Attentat de Strasbourg: un proche du tueur présenté à un juge d'instruction (parquet de Paris)
  • Yémen: le cessez-le-feu entre officiellement en vigueur mardi à Hodeïda (responsable ONU)

Espace France Allemagne Japon

Publié le • Modifié le

Le robot franco-allemand «Mascot» se pose sur l'astéroïde Ryugu

media
Image de la surface de l'astéroïde Ryugu, prise lors de l'atterrissage des deux rovers «Minerva II-1». Handout / JAXA / AFP

On le présente un peu comme le remake de Rosetta et Philae sur la comète Tchouri. Ce mercredi 3 octobre, c'est cette fois, Mascot, qui est au centre des attentions. Un petit atterrisseur, largué par la sonde japonaise Hayabusa 2, qui s’est posé sans encombre sur l'astéroïde Ryugu, une cible dont l'étude peut nous apprendre beaucoup sur l'origine du système solaire.


Il est petit, 30 centimètres de côté pour une masse de 10 kilogrammes, mais il est vaillant. Mascot, c'est le petit frère spirituel de Philae sauf que ce n'est pas sur une comète qu'il se pose, mais sur Ryugu, un astéroïde.

Une opération mouvementée qu'Aurélie Moussi, la directrice du projet pour le CNES, l'agence spatiale française, craignait avant son atterrissage.

« On a vraiment rien qui contrôle par rapport à d’autres atterrisseurs, même par rapport à Philae, on n’a rien, on a pas de roue à inertie à l’intérieur qui stabilise le robot, donc ça va tourner, ça va être une descente assez chahutée, douce, mais, voilà, c’est vraiment : on lance un dé sur une surface accidentée. On sait qu’on va rebondir, maintenant on ne veut pas rebondir longtemps pour économiser le plus de temps possible pour faire de la science ».

Et de la science, Mascot n'aura que 16 heures pour en faire. C'est la durée de vie de ses batteries. C'est peu, mais suffisant pour apporter un début de réponse à de grandes interrogations.

« On sait qu’on ne va pas aller trente-six fois sur un astéroïde C. C’est une mission qui scientifiquement est absolument clé et fondamentale pour la compréhension du système solaire et l’émergence du vivant. On ne veut pas louper les choses », souligne l'astrophysicien Jean-Pierre Bibring.

Ryugu est ce qu'on appelle un astéroïde de type C, c'est-à-dire fait de carbone. Le carbone, c'est l'atome à la base de la chimie du vivant. Et on suspecte que les premières étapes de cette chimie peuvent avoir lieu dans l'espace.

Mascot devrait offrir un début de réponse et c'est ensuite sa sonde mère Hayabusa 2 qui prendra le relais. Elle va prélever dans quelques mois de la poussière d'astéroïde et la rapporter ensuite sur Terre pour analyse.

Chronologie et chiffres clés