rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
  • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
  • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)

Malawi Sida Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Au Malawi, on craint pour le financement de la lutte contre le sida

media
District de Mulanje, dans le sud du Malawi (illustration) RFI/Anne Cantener

Toute la semaine, se tient à Amsterdam, aux Pays-Bas, la 22e conférence internationale sur le sida. 15 000 participants, scientifiques, militants, politiciens sont rassemblés pour faire le point sur l'épidémie. Une conférence qui se déroule dans une ambiance un peu morose, car la lutte contre le VIH/sida, même si elle progresse, patine. En cause, comme souvent, les questions de financement qui peuvent avoir des conséquences très concrètes sur le terrain.


Avec notre envoyé spécial à AmsterdamSimon Rozé

Six milliards de dollars par an, c'est ce qui manque, selon l'Onusida, pour parvenir aux objectifs de contrôle de la maladie fixés en 2020. En cause, notamment, un manque d'engagement des principaux pays donateurs, estime la spécialiste des politiques de santé Jennifer Kates de la fondation Kaiser.

« La majorité des gouvernements qui financent la lutte ont diminué leurs dépenses en 2017. Sans de nouveaux engagements, on s'attend à ce que cette diminution se poursuive. Qu'est-ce que cela signifie ? Même un léger retard dans l'atteinte des objectifs entraînerait des millions de nouvelles infections et de décès », explique-t-elle.

La lutte pourrait régresser au Malawi

En effet, ces discussions dans des congrès sur des milliards de dollars de dépenses ont un impact réel, sur le terrain.

Eric Ntsheka est membre du réseau des personnes vivant avec le VIH au Malawi :« Aujourd'hui, au Malawi, on a plus de 750 000 personnes sous traitement antirétroviral. Un financement qui stagne impliquerait que le pays ne pourrait pas mettre en place un suivi de la charge virale. Ça veut dire que les gens ne pourront pas savoir si le virus est contrôlé dans leur organisme ou non. Cela provoquerait une reprise de l'épidémie. Tous les efforts du Malawi seraient perdus. »

L'enjeu du financement et de ses impacts a été sur toutes les lèvres durant la conférence internationale sur le sida cette semaine, sans annonce majeure. Pour cela, il faudra attendre le prochain rendez-vous spécifiquement dédié à cette question, fin 2019.

Chronologie et chiffres clés